Agence Vs. Titres adossés à des hypothèques (MBS) hors agence

Les titres adossés à des créances hypothécaires (MBS), qui sont des groupes de prêts hypothécaires au logement qui sont vendus par les banques émettrices, puis regroupés en «pools» et vendus comme un seul titre, peuvent être classés de deux façons: «agence» ou «non- titres d’agence.

Définitions des MBS des agences et des non-agences

Les MBS des agences sont créés par l’une des trois agences suivantes: Government National Mortgage Association (connue sous le nom de GNMA ou Ginnie Mae), Federal National Mortgage (FNMA ou Fannie Mae) et Federal Home Loan Mortgage Corp. (Freddie Mac). Les titres émis par l’une de ces trois agences sont appelés MBS d’agence.

Les obligations GNMA sont soutenues par la confiance et le crédit du gouvernement américain et sont donc exemptes de risque de défaut. Fannie Mae et Freddie Mac ont tous deux été affrétés par le gouvernement américain, mais ce sont maintenant des sociétés détenues par des actionnaires fonctionnant sous une charte du Congrès. Ils n’ont pas le même support que les obligations Ginnie Mae, mais le risque de défaut est toujours considéré comme négligeable.

Les entités privées, telles que les institutions financières, peuvent également émettre des titres adossés à des hypothèques. Dans ce cas, les MBS sont appelés MBS sans agence ou titres de marque privée. Ces obligations ne sont pas garanties par le gouvernement américain ni par aucune entreprise financée par le gouvernement, car elles se composent souvent de pools d’emprunteurs qui ne peuvent pas répondre aux normes des agences.

A lire  Quicken Loans vs Rocket Mortgage: voici la différence

Bon nombre de ces prêts non-agences étaient les prêts «Alt-A» et «subprime» qui ont gagné en notoriété pendant la crise financière de 2008. Ceci, combiné au manque de soutien gouvernemental, signifie que les MBS non-agences contiennent un élément de risque de crédit (c’est-à-dire une possibilité de défaut) qui n’est pas présent dans les MBS des agences.

Bref historique des MBS hors agence

Les émissions les plus lourdes de MBS non-agences ont eu lieu de 2001 à 2007, puis ont pris fin en 2008 suite à la crise des prêts hypothécaires aux États-Unis.La croissance rapide du marché des MBS non-agences est largement citée comme étant un catalyseur clé de la crise puisque ces titres ont fourni un moyen pour les acheteurs de maison moins solvables d’obtenir du financement. Elle a finalement conduit à une augmentation des impayés, entraînant l’effondrement des MBS non-agences en 2008. La «contagion» s’est ensuite étendue à des titres de meilleure qualité, accélérant la crise et stoppant les nouvelles émissions.

Les gestionnaires de portefeuille peuvent encore investir dans des MBS non-agences aujourd’hui malgré l’absence de nouvelles émissions, car les titres émis avant la crise financière continuent de se négocier sur le marché libre. La classe d’actifs a toutefois très bien performé lors de la reprise qui a suivi, récompensant cependant les gestionnaires de fonds à contre-courant qui ont pris le risque d’acheter sur un marché très déprimé en 2009.

Laissez l’analyse aux pros

Sauf dans les cas les plus rares, les MBS hors agence ne sont pas destinés aux investisseurs individuels. La société de gestion d’actifs PIMCO présente certaines considérations liées à la sélection de titres individuels dans ce segment de marché:

A lire  Qu'est-ce qu'un prêt hypothécaire 5/1?

  • Analyse du marché du logement, aux niveaux national et local
  • Analyse des politiques publiques
  • Analyse des différents segments individuels, ou tranches, au sein de chaque transaction MBS pour déterminer ces problèmes avec le profil de risque / rendement optimal
  • Liquidité du marché
  • Analyse des taux d’intérêt et des courbes de rendement
  • Analyse des différentes entités de service

Bien qu’il ne soit pas conseillé aux investisseurs d’acheter eux-mêmes des MBS non-agences, de nombreux fonds obligataires gérés activement sont propriétaires de ces titres. Dans de nombreux cas, les fonds détiennent ces obligations depuis la période d’après-crise, auquel cas ils auraient largement contribué aux rendements. Bien qu’il n’y ait pas autant d’avantages dans les MBS non-agences qu’il y a cinq ans, considérez leur présence dans un fonds obligataire comme une indication que le gestionnaire est prêt à rechercher des opportunités dans des segments de marché impopulaires.

Tags
Bouton retour en haut de la page
Fermer