Augmentation du taux global de délinquance au quatrième trimestre de 5,61%

Le quatrième trimestre de 2019 a entraîné une hausse du taux global de défaillance au niveau des consommateurs, bien que les soldes moyens de la dette non hypothécaire par consommateur aient diminué, selon de nouvelles données de TransUnion.

Au cours des trois derniers mois de l’année dernière, le taux global de délinquance grave au niveau des consommateurs au Canada – défini comme les consommateurs ayant des paiements en souffrance depuis 90 jours ou plus en souffrance, y compris les radiations progressives sur 12 mois – était de 5,61%, en hausse de 37 points de base (pb). à partir du quatrième trimestre de 2018. Les taux de délinquance ont augmenté dans tout le pays, mais TransUnion est d’avis que les taux plus élevés enregistrés en Saskatchewan, à Terre-Neuve et au Manitoba pourraient être attribués à des embargos commerciaux sur l’agriculture, tandis que les prix des mines et du pétrole ont fait grimper les impayés dans les Prairies et les niveaux de chômage ont touché Terre-Neuve.

Parmi les produits de crédit, les augmentations importantes des impayés pour les prêts automobiles captifs et les marges de crédit ont été relativement faibles – respectivement 8 pb et 1 pb – tandis que les impayés sur les cartes de crédit ont diminué de 24 pb. TransUnion a également constaté que le taux d’insolvabilité du quatrième trimestre était en hausse de près de 3% par rapport au trimestre précédent et de 11,5% par rapport à l’année précédente, la plupart des hausses de taux étant attribuables aux emprunteurs proches des niveaux de risque préférentiel et préférentiel.

A lire  Perspectives commerciales positives

«Nous commençons maintenant à voir une pression accrue sur les finances personnelles, en particulier au sein de certains segments de la population qui sont plus sensibles aux variations des taux d’intérêt», a déclaré Matt Fabian, directeur de la recherche et du conseil en services financiers pour TransUnion Canada.

«Les hausses de taux en 2018 pourraient commencer à peser sur les budgets des ménages et à augmenter les taux de défaillance et d’insolvabilité, bien que d’autres facteurs macroéconomiques, tels que l’impact des embargos commerciaux, des fermetures d’usines automobiles et des grèves ferroviaires, aient également joué leur rôle.

Mais alors que les taux de défaillance et d’insolvabilité augmentaient au cours du quatrième trimestre, le niveau des soldes moyens de la dette non hypothécaire par consommateur a légèrement baissé de 0,5% d’une année à l’autre de 30106 $, tandis que les créations de nouveaux comptes pour de nombreux produits de crédit à la consommation ont ralenti. Fabian a émis l’hypothèse que cette stabilisation «indique que certains emprunteurs peuvent être obligés de gérer leur niveau d’endettement actuel et d’autres dépenses des ménages, et par conséquent, ils hésitent à contracter de nouvelles dettes».

En ce qui concerne le marché hypothécaire, TransUnion a constaté que les nouveaux volumes de montage de prêts hypothécaires au troisième trimestre de 2019 ont augmenté de plus de 17% par rapport aux volumes de l’année précédente, avec le plus fort mouvement à la hausse en Ontario (21%) et en Colombie-Britannique (19%). Les soldes globaux des prêts hypothécaires ont augmenté de 3,4% d’une année à l’autre à l’échelle nationale, l’Ontario étant en tête des provinces avec une croissance dynamique de 4,8%. À l’autre extrémité du spectre, la Colombie-Britannique – en particulier dans la RGT de Vancouver – a pris du retard avec une baisse de près de 4% d’une année à l’autre.

A lire  Le cannabis ravive des marchés en difficulté

«La flambée de 17% des volumes de montage de prêts hypothécaires par rapport à la même période l’année précédente suggère que le marché hypothécaire s’est complètement ajusté aux nouvelles règles de qualification», a déclaré Fabian. «Bien que la croissance du montant moyen des prêts hypothécaires nouvellement émis ait été généralement modérée, l’Ontario a affiché une croissance saine de 4,8%, ce qui suggère que les prix des maisons dans la région sont à nouveau à la hausse.

Tags
Bouton retour en haut de la page
Fermer