Ce secteur a stimulé l’investissement immobilier en 2020

La pandémie COVID-19 a compliqué l’investissement dans l’immobilier, mais pas autant qu’on pourrait le penser.

Les investissements dans le secteur industriel canadien au dernier trimestre ont à peine diminué par rapport à la période de l’année précédente, ce qui démontre que la pandémie n’a pas perturbé tous les secteurs du marché immobilier.

«Le volume d’investissement national au cours des trois premiers trimestres de 2020 a chuté de 22% par rapport à la même période de l’année dernière, avec 5 106 transactions totalisant 22,8 milliards de dollars en volume», a déclaré un nouveau rapport d’Erika Siegert, analyste principal des analyses nationales de recherche. «Le secteur industriel a poursuivi sa forte dynamique, avec 994 transactions représentant près d’un quart du total des transactions cumulées depuis le début de l’année à 6,5 milliards de dollars, soit une baisse de seulement 1% par rapport aux volumes cumulatifs de l’année dernière.»

Selon Ray Wong du Groupe Altus, vice-président des opérations de données et des solutions de données, le taux de disponibilité du secteur industriel est de 1,9% à Toronto, 2,3% à Vancouver et 3,1% à Montréal, ce qui signifie une forte demande.

«L’industriel est mon secteur préféré -[it] continue de très bien suivre, avec un taux de disponibilité d’environ 3,1% sur une base nationale », a-t-il déclaré. «Une combinaison de faible disponibilité et de croissance du commerce électronique cette année a alimenté la demande de distribution en entrepôt, qui n’avait cessé d’augmenter depuis 10 à 15 ans, mais cette année, elle a été très forte. Vous avez affaire à des investisseurs qui aiment cet actif car c’est l’un des rares actifs à avoir augmenté les loyers cette année (3 à 5%). »

Le secteur industriel était torride avant que la pandémie ne frappe en mars, grâce à l’explosion du e-commerce ces dernières années, qui s’est faite au détriment du commerce de détail. Étant donné que les verrouillages rotatifs dans tout le pays cette année ont porté des coups supplémentaires aux points de vente au détail fragiles, plus de Canadiens ont choisi d’acheter des produits en ligne. Les achats en ligne sont devenus si omniprésents que les nouvelles tours résidentielles comptent les zones de livraison parmi les équipements qu’elles offrent.

A lire  Les ventes de maisons individuelles ont bondi de 71% à Vancouver le mois dernier

«Sans surprise, les secteurs des bureaux et du commerce de détail ont connu une baisse d’activité d’une année sur l’autre, le volume au cours des trois premiers trimestres ayant chuté de 53% et 22%, respectivement», indique le rapport Altus.

Mais Wong a noté que les secteurs de bureaux des grandes villes sont soutenus par un nombre croissant de sous-locations. Les locataires et les propriétaires ont également entamé la renégociation des baux, ces derniers abaissant les loyers en échange d’une prolongation de la durée des baux.

«Au centre-ville de Vancouver, les sous-locations d’espace disponible sont passées de 20,1% au T3-2019 à 38,6% au T3-2020», a-t-il déclaré. «Toronto est passé de 23,7% à 34,6%, ce qui signifie qu’il y a plus de sous-locations cette année parce que certaines entreprises n’ont pas besoin d’autant d’espace de bureau, ni d’aucun espace de bureau du tout.»

Vous cherchez à investir dans l’immobilier? Si vous le souhaitez, nous pouvons demander à l’un de nos experts en prêts hypothécaires de vous dire exactement combien vous pouvez vous permettre d’emprunter, quelle est la meilleure hypothèque pour vous ou combien ils pourraient vous faire économiser en ce moment si vous avez déjà un prêt hypothécaire. Cliquez ici pour obtenir de l’aide pour choisir le meilleur taux hypothécaire

A lire  Les propriétaires doivent-ils assurer le déneigement de leurs locataires?

Tags
Bouton retour en haut de la page
Fermer