Deuxième réclamation hypothécaire syndiquée déposée

La deuxième plainte déposée contre Fortress Real Capital ne sera pas la dernière, selon l’avocat immobilier du plaignant.

Un mois après avoir été signalé, deux investisseurs poursuivaient Fortress Real Capital – entre autres – à la suite de la faillite du Maddy Collier Center à Barrie, l’un des premiers plaignants a intenté une deuxième action.

«La différence ici est… celle de Barrie, tous les investisseurs ont perdu leur argent. Dans ce cas, le projet est en cours, mais l’hypothèque est arrivée à échéance et elle est passée en intérêts courus. Il s’agit d’un projet en cours qui est toujours en cours d’élaboration. La réclamation est pour révision pour récupérer l’argent en raison de fausses déclarations », a déclaré David Franklin, conseiller juridique immobilier d’Arlene McDowell, une plaignante dans les deux cas, à MortgageBrokerNews.ca. «Nous avons environ 14 autres (réclamations) à venir. Au moins 11 autres.

La réclamation est contre Fortress Real Capital, Fortress Real Developments, Jawad Rathore, Vincenzo Petrozza, Empire Pace (1088 Progress), Olympia Trust Company et un certain nombre d’autres entités et individus, y compris l’évaluateur responsable de l’évaluation du développement.

Le développement en question cette fois est Empire Pace à 1088 Progress à Scarborough.

Franklin, qui n’est pas l’avocat du litige dans l’affaire, allègue que l’investissement hypothécaire syndiqué a été déformé aux investisseurs.

A lire  Recherche en cours pour les meilleurs courtiers indépendants de l'industrie

«Tout simplement parce que le projet rapporte des intérêts aux gens, ils ont toujours droit à leur argent même s’ils sont payés», a-t-il déclaré. «Parce que l’accord a été déformé aux investisseurs.»

La réclamation allègue que les investisseurs ont reçu une valeur gonflée de l’investissement et que les évaluations pour déterminer la valeur actuelle ne sont pas effectuées. Il allègue que la valeur «actuelle» est basée sur la valeur future hypthotéique qui dépend des jalons que le projet s’attend à atteindre.

« Les investisseurs ne sont pas informés de la valeur réelle (inférieure) de la propriété ou que le fait d’être derrière un prêteur à la construction sur un projet en cours de développement est, en fait, une position risquée et non sûre », déclare la revendication.

La demande a été présentée et sera portée devant les tribunaux. En cas de succès, il peut être certifié en tant que recours collectif. Chaque investisseur dans le projet Empire Pace serait couvert par le recours collectif, selon Franklin.

Pour lire l’intégralité de la réclamation, cliquez ici.

Tags
Bouton retour en haut de la page
Fermer