Explication des saisies au Canada

Chaque mois représente un recul dans vos finances.  La carte de crédit que vous avez utilisé le mois dernier pour acheter de l’épicerie est épuisée et vous êtes en pleine négociation de haut niveau pour que votre pouvoir soit rétabli.  Pendant ce temps, votre réfrigérateur est aussi vide que votre compte bancaire et vous recevez des lettres de menace de votre prêteur hypothécaire.  Vous êtes tellement sous l’eau avec vos paiements hypothécaires que si vous en aviez les moyens, vous pourriez envisager d’acheter de l’équipement de plongée avec tube.

Malheureusement, même si nos taux de saisies au Canada sont loin d’atteindre les niveaux qui ont été enregistrés au sud de la frontière, pour le demi-pourcent des Canadiens qui se retrouvent aux prises avec le processus de saisie, ce peut être un processus dévastateur et déconcertant à essayer de s’y retrouver.  Les propriétaires canadiens qui font face à des procédures de forclusion examinent deux possibilités distinctes pour mettre fin à leur dilemme : le pouvoir de vente et les forclusions judiciaires.

Pouvoir de vente….

Le pouvoir de vente représente le premier point d’appel pour ceux qui cherchent à abandonner leur hypothèque en voie d’amortissement.  Un pouvoir de vente est un mécanisme qui permet à la banque de vendre un bien saisi sans l’intervention du système juridique.  En général, ce type de forclusion est le plus susceptible d’aboutir à un règlement entre le propriétaire et le prêteur sans qu’il soit nécessaire d’aller en cour.

A lire  Utiliser une deuxième hypothèque pour acheter une voiture

Pour qu’un pouvoir de vente soit exercé, votre prêteur doit d’abord vous aviser de l’action imminente et prévoir un délai de réponse de 35 jours pour rattraper le retard sur la dette.  Si vos négociations avec la compagnie d’électricité s’avèrent favorables et que vous parvenez à régler vos arriérés dans ce délai, la banque sera obligée de suspendre ses actions.  Il est à noter que ce sursis a un coût et que vous pouvez vous attendre à devoir débourser des fonds supplémentaires qui feront l’objet de plusieurs frais et charges associés à l’initiation d’un pouvoir de vente.  Ces frais supplémentaires seront imposés même si vous mettez vos paiements à jour.

Au cas où vous seriez incapable de réunir les fonds nécessaires  dans les 35 jours alloués, la prochaine chose que vous verrez est un serveur de processeur à votre porte avec une déclaration de dette et de possession.  La signification de ce document s’accompagne d’un délai de 20 jours pour déposer une réponse devant le tribunal appelée « mémoire en défense ».  Le défaut de déposer cette demande entraînera un jugement par défaut et l’octroi par le tribunal d’un bref de possession au prêteur.  Une fois que la banque a déposé le bref de possession, le processus d’expulsion est activé.

A lire  Les causes de la crise des prêts hypothécaires à risque

Une fois expulsée, la banque vendra aux enchères votre ancienne casa et utilisera le produit de la vente pour rembourser la dette.  Si l’enchère finale dépasse le montant que vous devez sur la propriété, vous recevrez le solde, cependant, si le prix de l’enchère tombe en dessous de votre dette contractée, vous vous retrouverez toujours sur le crochet pour payer ce qui reste du solde.  Si vous n’avez pas d’assurance prêt hypothécaire, le prêteur peut intenter d’autres poursuites judiciaires qui pourraient entraîner une saisie-arrêt de salaire et d’autres recours financiers.

Saisie judiciaire….

Une méthode de résolution plus sévère est la saisie judiciaire.  Alors que le pouvoir de vente est un moyen relativement rapide et non judiciaire de régler une hypothèque sous-marine, le processus de saisie judiciaire implique profondément le système judiciaire et peut prendre jusqu’à six mois à accomplir.  L’option de forclusion judiciaire n’est disponible que dans cinq provinces : Colombie-Britannique, Alberta, Manitoba, Saskatchewan et Nouvelle-Écosse.

En plus de prendre beaucoup plus de temps qu’une procédure de pouvoir de vente, une saisie judiciaire diffère est l’un des principaux moyens : la propriété du bien est transférée au prêteur en même temps que le certificat de forclusion.  Ainsi, vous perdrez toute réclamation à l’égard des fonds excédentaires accumulés lors de la vente aux enchères.  De plus, si votre maison est confisquée en raison d’un pouvoir de vente ou d’une saisie judiciaire, les renseignements négatifs demeureront dans votre dossier de crédit pendant six ans.

Bouton retour en haut de la page
Fermer