HBC va libérer de l’espace de bureau dans des lieux prestigieux

La Compagnie de la Baie d’Hudson (TSX: HBC) a conclu une entente de 1,6 milliard de dollars qui lui permettra de vendre sa propriété phare Lord & Taylor et de libérer des espaces de bureaux dans certains de ses autres emplacements de premier choix, sous la pression croissante d’un actionnaire activiste.

La société a annoncé plus tôt cette semaine qu’elle vendrait l’espace Lord & Taylor sur la tony Fifth Avenue à New York à WeWork Property Advisors, une joint-venture entre la société d’espace de travail WeWork et Rhone Capital, dans le cadre d’une transaction évaluée à 1,075 milliard de dollars.

Les opérations de vente au détail de Lord & Taylor continueront d’occuper tout le site de Manhattan jusqu’à la fin de la saison des vacances de l’année prochaine. L’emplacement phare de Lord & Taylor abritera à terme un plus petit magasin ainsi que le siège social new-yorkais de WeWork, qui fournit un espace de travail et des services à plus de 150 000 membres à travers le monde.

L’accord permettra également à WeWork de libérer les étages supérieurs de trois grands magasins HBC: le magasin Queen Street à Toronto, le magasin Granville Street à Vancouver et Galeria Kaufhof à Francfort.

Dans le cadre d’une transaction connexe, Rhone Capital achètera 632 millions de dollars d’actions dans le détaillant torontois. HBC prévoit utiliser le produit de 1,6 milliard de dollars provenant de la vente et de l’investissement pour réduire sa dette ou augmenter l’encaisse de son bilan. Environ 501 millions de dollars seront utilisés pour rembourser l’hypothèque sur la propriété Lord & Taylor.

Les transactions interviennent alors que HBC fait face à une pression accrue de la part d’un fonds d’investissement activiste américain qui a soutenu que l’action de la Baie d’Hudson ne valait qu’un tiers des biens immobiliers qu’elle possède.

A lire  La performance du logement dans les Prairies varie selon la province

Land & Buildings Investment Management a demandé la révocation du conseil d’administration de HBC, qui est présidé par Richard Baker. La société a annoncé à la fin de la semaine dernière que Baker agirait en tant que PDG par intérim après que l’actuel PDG Gerald Storch a annoncé son départ.

La direction de la société est sous pression depuis des mois de la part de Land & Buildings, qui estime que les biens immobiliers de HBC valent 35 $ par action.

Baker a déclaré que ces accords renforceront le détaillant et «nous permettront de générer une création de valeur continue».

«HBC et WeWork ont ​​travaillé ensemble pour réinventer les environnements de vente au détail pour les générations actuelles et futures», a déclaré Baker dans un communiqué, cité par La Presse canadienne.

Histoires liées:

La croissance de l’industrie technologique stimule la demande de bureaux à Toronto
Un modèle de «  ville intelligente  » apparaîtra à Toronto

Tags
Bouton retour en haut de la page
Fermer