La Colombie-Britannique peut toujours corriger les lois anti-blanchiment défectueuses: CD Howe

Les mesures très attendues de la Colombie-Britannique pour lutter contre le blanchiment d’argent endémique dans les biens immobiliers de la province ont été rendues inefficaces par le gouvernement même qui les a conçues, accuse l’Institut CD Howe dans un nouveau rapport.

Après que la province ait été secouée par deux rapports explosifs révélant que 5 milliards de dollars avaient été blanchis via son marché immobilier en 2018, entraînant une hausse des prix de 5%, la province s’est vantée de ses efforts de réduction, notamment la mise en œuvre d’un registre de propriété effective vigoureux. Mais cela, selon le rapport de l’institut, le registre public de la Colombie-Britannique pour lutter contre le blanchiment d’argent: cassé à l’arrivée, a été atténué et n’empêchera pas les criminels de laver l’argent sale sur le marché du logement de la Colombie-Britannique.

«Le produit final, dont le lancement est prévu pour l’automne, ne fera probablement pas grand-chose pour arrêter le blanchiment d’argent dans l’immobilier en Colombie-Britannique», écrit Kevin Comeau dans le rapport. «Il n’y a pas de vérification proactive des informations d’identification des propriétaires véritables, ce qui rend ces informations peu de valeur pour les forces de l’ordre et les autres chercheurs du registre. La recherche et la possibilité de découvrir les informations déposées dans le registre sont déraisonnablement limitées, ce qui décourage l’utilisation et limite la capacité des chercheurs à mettre en relation des bénéficiaires effectifs faussement déclarés avec les auteurs de crimes sous-jacents.

A lire  Gestionnaires d'actifs sur le marché immobilier: lecture du rôle

En plus d’omettre une «ligne de renseignements confidentielle par laquelle les chercheurs du monde entier peuvent envoyer des informations et des preuves clés aux organismes d’application de la loi canadiens et à l’Agence du revenu du Canada», toute personne reconnue coupable de faux dépôts ne serait pas condamnée à une peine d’emprisonnement, ce qui Le rapport de Comeau affirme que cela ne dissuadera pas les criminels, ni ne donnera aux forces de l’ordre le pouvoir de proposer des accords de plaidoyer en échange des auteurs d’infractions sous-jacentes.

«En d’autres termes, les informations contenues dans le registre seront peu fiables, difficiles d’accès, difficiles à traiter et, même si elles aident un chercheur à repérer un bénéficiaire effectif faussement déclaré, la capacité de communiquer cette découverte aux responsables de l’application de la loi canadiens et à leur la capacité d’en tirer parti pour attraper les criminels sera réduite. »

Néanmoins, le rapport de Comeau regorge de recommandations visant à faire de la Land Ownership Transparency Act (LOTA) de la Colombie-Britannique le registre le plus puissant au monde, en commençant par la mise en œuvre d’un système de vérification, qui comprend une agence d’authentification bien financée, et exigeant une pièce d’identité émise par le gouvernement. , comme un passeport et un permis de conduire, comme preuve d’identité. Bien que Comeau admette qu’une telle agence coûterait des millions par an pour fonctionner, elle aurait des revenus compensatoires nets, sans parler des avantages sociétaux tant au niveau national qu’international.

A lire  5 émissions Netflix pour les investisseurs immobiliers (NFLX)

En guise de sanction, le rapport recommande jusqu’à cinq ans de prison ou des amendes ne dépassant pas 5 millions de dollars ou la valeur de la propriété, ou les deux, ce qui donnerait aux forces de l’ordre un pouvoir de pression sur les chefs de file des accords de plaidoyer.

«Les sanctions qui comprennent des peines de prison et des amendes plus importantes auront cinq avantages. Ils vont… changer la dynamique risque / récompense du blanchiment d’argent dans l’immobilier en Colombie-Britannique – le coût des affaires ne se limitera plus aux amendes.

Une autre des recommandations du rapport est d’utiliser des identifiants uniques, comme des nombres séquentiels, car certaines langues ne se prêtent pas à une traduction facile en écriture latine, et cela permet à un mauvais acteur de s’identifier avec plusieurs noms. En divulguant les noms dans leur écriture alphabétique, les chercheurs d’autres pays, comme la Chine et la Russie, pourront également rechercher facilement des personnes d’intérêt.

Tags
Bouton retour en haut de la page
Fermer