La croissance démographique, un moteur majeur de l’activité de logement à Toronto – TREB

Plus tôt cette semaine, le président de la Toronto Real Estate Board, Garry Bhaura, a attribué les chiffres des ventes de septembre de la ville au nombre sans cesse croissant de personnes et de familles s’établissant dans la région, ainsi qu’à un afflux important d’immigrants et de travailleurs qualifiés.

«Alors que la population de la région du Grand Toronto continue de croître, le véritable défi sur le marché du logement sera l’offre plutôt que la demande», a déclaré Bhaura, cité par La Presse canadienne.

Le dernier recensement effectué par Statistique Canada a révélé que la population de la ville a affiché un taux de croissance annuel de 0,86% de 2011 à 2016, augmentant au total de 4,3% au cours de cette période.

Les nouvelles annonces de maisons à Toronto sont achetées à un rythme effréné par des acheteurs enthousiastes malgré une augmentation notable des prix au cours de la dernière année, selon le TREB.

Les dernières données de l’Office ont montré que les ventes de maisons en septembre ont augmenté de 1,9% d’une année à l’autre, jusqu’à 6 455 transactions. Pendant ce temps, les nouvelles inscriptions à la vente ont diminué de 3,1% par rapport au même mois l’an dernier, à 15 920.

Le prix de vente moyen a augmenté de 2,9%, pour atteindre 796 786 $.

A lire  Le chômage, et non les hausses de taux, conduit à l'insolvabilité

Lire la suite: L’activité récente dans la région du Grand Toronto montre des gains dans presque tous les types de logement

«Avec des ventes en hausse d’une année sur l’autre et des nouvelles inscriptions en baisse, les conditions du marché se sont resserrées. De nombreux acheteurs ont peut-être trouvé plus difficile de trouver une maison répondant à leurs besoins », a noté le TREB dans sa publication de données.

Dans une note aux investisseurs, l’économiste principal de BMO, Sal Guatieri, a assuré que le segment de l’habitation dans la RGT «continue de se stabiliser» malgré un recul considérable au début de l’année à la suite de la réglementation fédérale plus stricte sur les prêts hypothécaires.

«Le marché devrait rester stable dans les mois à venir, car une demande démographique saine tempère la baisse des taux d’intérêt.»

Tags
Bouton retour en haut de la page
Fermer