La dette des ménages canadiens atteint un niveau record au quatrième trimestre de 2016

Dans sa dernière publication de données, l’agence nationale de statistique a révélé que le ratio d’endettement clé des Canadiens s’est aggravé au quatrième trimestre de 2016, un facteur de risque croissant qui a alimenté davantage d’anxiété chez les analystes de l’industrie.

Statistique Canada a annoncé que le montant de la dette des ménages sur le marché du crédit était passé à 167,3% du revenu disponible ajusté des ménages au quatrième trimestre, contre 166,8% au trimestre précédent.

Les observateurs ont attribué ce rythme effréné à l’influence soutenue des hypothèques et des taux d’intérêt bas.

«Après avoir ralenti à un rythme stable d’une année à l’autre à la fin de 2013, la croissance de ce ratio d’endettement s’est de nouveau accélérée depuis, parallèlement à des gains torrides sur les marchés du logement de Vancouver et de Toronto», a déclaré l’économiste principal de BMO Marchés des capitaux, Robert Kavcic, cité par La Presse Canadienne.

Cette augmentation de la dette au revenu des ménages canadiens a accompagné la croissance de 1,1% du revenu au cours de la même période. Parallèlement, la dette des ménages sur le marché du crédit a progressé de 1,2%.

Au total, la dette des ménages sur le marché du crédit – qui comprend le crédit à la consommation ainsi que les prêts hypothécaires et non hypothécaires – était évaluée à près de 2 029 milliards de dollars à l’échelle nationale au quatrième trimestre de 2016. La dette hypothécaire représentait 65,5% de ce total.

A lire  Des taux d'intérêt «bas pour longtemps» menacent la stabilité financière - étude

D’autre part, l’économiste de la Banque TD, Diana Petramala, a assuré mercredi 15 mars que si la croissance de la dette s’est effectivement accélérée, «elle ne croît pas à un rythme à deux chiffres qui serait généralement considéré comme dangereux.

«Alors que les prix des maisons s’accélèrent dans certaines régions du Canada, en particulier en Ontario, les ménages ont bénéficié d’une belle augmentation de leur richesse nette», a ajouté Petramala.

L’Association canadienne de l’immeuble a indiqué que les ventes nationales de maisons ont augmenté de 5,2% d’un mois à l’autre en février, largement stimulées par la vigueur du marché de Toronto et de ses environs. Le prix de vente national moyen des maisons en février était de 519 521 $, ce qui représente une augmentation de 3,5% d’une année à l’autre.

Histoires liées:

Le dernier indice Teranet montre une croissance soutenue des prix nationaux alimentée par Toronto
L’OCDE relève les prévisions de croissance pour le Canada mais met en garde contre la hausse des prix des logements

Tags
Bouton retour en haut de la page
Fermer