La hausse des taux hypothécaires pourrait entraîner un ralentissement du marché

Avec l’annonce par la Banque Royale du Canada, mardi 5 janvier, des hausses de taux hypothécaires qui devraient entrer en vigueur vendredi, un analyste macroéconomique et monétaire a déclaré qu’un effet secondaire possible de la hausse serait un refroidissement de l’immobilier brûlant. marché.

Jing Pan, auteur à Profit confidentiel et un analyste de recherche / rédacteur en chef de Lombardi Financial, a émis l’hypothèse que la hausse pourrait faire des vagues importantes dans le secteur. À l’heure actuelle, les prix de l’immobilier au Canada, en particulier dans les régions à fort volume comme Toronto et Vancouver, sont parmi les plus élevés qu’ils aient jamais été.

«Cette hausse des taux hypothécaires RBC pourrait-elle perturber le marché immobilier canadien et marquer le début de la fin de la bulle immobilière au Canada?» Pan a écrit dans un Profit confidentiel colonne.

RBC ajoutera 0,1% aux coûts d’emprunt des prêts hypothécaires à taux fixe de deux à cinq ans, ce qui portera le taux de l’offre spéciale à 3,04%. En outre, les prêts à taux variable sur cinq ans enregistreraient une augmentation de 0,15%.

Pan a cité la politique bientôt mise en œuvre du ministère des Finances de la SCHL exigeant que les acheteurs de maison déboursent 10 pour cent en acompte (pour tout prêt évalué à plus de 500000 $) comme preuve supplémentaire que le gouvernement se concentre marché immobilier en plein essor.

«Nous voulons nous assurer de créer un environnement qui protège les gens qui achètent une maison afin qu’ils aient une valeur nette suffisante dans leur maison», a déclaré le ministre des Finances Bill Morneau, cité par Pan.

A lire  Vous pensez que le Canada est cher? Essayez le Venezuela

Pan admet, cependant, que des mesures plus fortes et plus concrètes seraient nécessaires pour étouffer la hausse continue des prix de l’immobilier.

«Avec la dynamique de l’immobilier qui prend de l’ampleur en 2016, il faudra peut-être plus d’efforts pour calmer la bulle du marché immobilier canadien», a conclu Pan.

Tags
Bouton retour en haut de la page
Fermer