La migration hors des villes pourrait se poursuivre jusqu’en 2021

Une tendance amorcée l’année dernière et au cours de laquelle les Canadiens se sont déplacés plus loin ne montre aucun signe de ralentissement.

Selon un sondage RBC, 59% des personnes interrogées ont déclaré que les maisons de leur région étaient inabordables, et avec un budget national moyen de 445 237 $ – le prix moyen d’une maison canadienne était de 603 000 $ en novembre, a rapporté l’Association canadienne de l’immeuble – 45% des les répondants devraient quitter leur ville pour une maison plus grande.

«Au cours des deux derniers mois, j’ai constaté un plus grand intérêt du côté des acheteurs de la part de personnes cherchant à obtenir une pré-approbation et à commencer à magasiner», a déclaré Daniel Johanis, courtier principal de Pekoe Mortgages. «Les gens ne s’attendent pas exactement à un ralentissement du marché, et lorsqu’ils recherchent un prix abordable, ils doivent regarder en dehors de leur région et envisager de déménager ailleurs.»

Johanis a ajouté que la fonctionnalité motive les décisions des gens à déménager dans des maisons plus grandes, et avec un autre verrouillage imminent, il anticipe une vague d’activité sur le marché du logement cette année.

«Nous sommes dans notre deuxième grand confinement en Ontario et les gens doivent rester dans des maisons où deux personnes ont besoin d’espaces séparés pour travailler et pour que leurs enfants apprennent. Cependant, il y a des problèmes d’offre et de demande qui obligent les gens à regarder en dehors de leurs zones générales, et je constate un vif intérêt pour les maisons individuelles.

Les tendances nationales en matière de logement indiquent que les Canadiens n’ont pas encore fini d’acheter une maison et, en cas de doute, le sondage de RBC a révélé que 80% des répondants pensent que l’accession à la propriété est un investissement solide. De plus, 59% ont déclaré que la pandémie de COVID-19 ne les avait pas mis dans une situation financière difficile.

A lire  La confiance du marché au plus haut depuis le premier trimestre: Bloomberg-Nanos

Résultats supplémentaires du sondage: 52% des Canadiens s’attendent à ce que la valeur des maisons continue d’augmenter; la pandémie a poussé 55% des répondants à changer leurs habitudes de dépenses et d’épargne; 85% sont toujours en mesure de payer leurs factures; 47% ne croient pas qu’il soit plus difficile d’économiser de l’argent maintenant qu’avant la pandémie; et 54% sont convaincus que des temps meilleurs sont imminents.

«De nombreux Canadiens continuent d’être résilients financièrement face à la pandémie, et cela s’est répercuté sur le marché immobilier», a déclaré Amit Sahasrabudhe, vice-président du financement, des produits et des acquisitions sur valeur domiciliaire chez RBC. «Considérée comme un pilier de la stabilité, les Canadiens continuent de considérer l’accession à la propriété comme une quête valable et sont prêts à modifier leurs priorités afin de trouver des propriétés abordables dans leur budget.

Vous cherchez à investir dans l’immobilier? Si vous le souhaitez, nous pouvons demander à l’un de nos experts en prêts hypothécaires de vous dire exactement combien vous pouvez vous permettre d’emprunter, quelle est la meilleure hypothèque pour vous ou combien ils pourraient vous faire économiser en ce moment si vous avez déjà un prêt hypothécaire. Cliquez ici pour obtenir de l’aide pour choisir le meilleur taux hypothécaire

A lire  Investir dans l'immobilier sans acheter de propriété

Tags
Bouton retour en haut de la page
Fermer