La promesse de campagne sous le radar des courtiers?

La légalisation de la marijuana au Canada ouvrira un nouveau segment aux courtiers et c’est un segment qui sera ignoré par les grandes banques, selon un acteur majeur.

«Pour autant que je sache, il y a un nombre limité de courtiers qui connaissent les prêts pour cette industrie et les courtiers et les prêteurs seront lents à s’adapter», a déclaré Dale Bilton, l’un des meilleurs courtiers commerciaux au Canada, à MortgageBrokerNews.ca.

Cela signifie que les courtiers qui se préparent à financer des accords commerciaux – et apprennent les tenants et les aboutissants – des options disponibles – seront mieux placés pour tirer profit d’un boom potentiel alors que les entreprises se préparent à mettre en place des opérations en croissance.

D’autant plus que c’est un segment que les banques éviteront probablement.

«Je ne pense pas que vous verrez jamais les banques y entrer pour des raisons politiques», a déclaré Bilton.

L’une des principales promesses de campagne de Justin Trudeau était de légaliser la marijuana et de réglementer les ventes à travers le pays.

Les courtiers ne doivent pas chercher plus loin que nos voisins du sud, où le pot-boom a conduit à un afflux d’entreprises qui s’installent dans le Colorado.

Et ces entreprises exigeront des hypothèques pour leurs propriétés.

A lire  Le DLC se prépare à la compétition de bulldozer

Pour sa part, Bilton est l’un des rares courtiers au Canada à avoir de l’expérience en matière de prêt pour ces types de propriétés.

«J’ai déjà conclu des accords pour des opérations de culture de marijuana avec des opérations légales et j’obtiens généralement des tarifs attractifs; ce ne sera pas 3%, mais ce ne sera pas non plus 8% », a-t-il dit. «Il y a si peu de prêteurs qui prêteront pour ces accords.»

Bien que ce soit un segment difficile, il peut certainement être lucratif.

« Je viens de faire un 17 millions de dollars avec une deuxième hypothèque aussi », a déclaré Bilton. «Le prêteur connaît le secteur.»

Tags
Bouton retour en haut de la page
Fermer