La proportion de prêts hypothécaires aux Canadiens déjà endettés augmente

La part des prêts hypothécaires accordés à des Canadiens très endettés a atteint le niveau le plus élevé depuis le début de 2018, selon les données du Bureau du surintendant des institutions financières.

Au quatrième trimestre de 2019, jusqu’à 17,5% des prêts hypothécaires au cours de la période ont été prêtés à des Canadiens qui empruntent plus de 450% de leurs revenus.

«L’augmentation a augmenté au cours des deux dernières années et représente désormais le segment le plus important du marché depuis avant les lignes directrices B-20 et le test de résistance», portail d’informations immobilières Meilleur logement expliqué.

La proportion était de 16,4% au cours du trimestre précédent et de 14,1% au quatrième trimestre 2018.

Un facteur majeur de cette tendance est le fait qu’un nombre important de consommateurs canadiens se sont déjà adaptés à la nouvelle norme d’une réglementation plus stricte, la Meilleur logement analyse ajoutée.

«Les prêteurs réglementés par le BSIF sont de plus en plus à l’aise avec l’octroi de ratios plus élevés.»

Les chiffres de Statistique Canada montrent qu’à la fin de 2019, le ménage canadien moyen doit 1,76 $ pour chaque dollar de revenu disponible annuel.

La période prolongée de faibles coûts d’emprunt s’est avérée plus un fléau qu’une aubaine à cet égard, selon Kelley Keehn, défenseur des consommateurs de FP Canada.

A lire  Un groupe québécois exhorte les politiciens à rendre la propriété plus accessible

«Les faibles taux d’intérêt ont été formidables pour l’économie et les politiciens, mais terribles pour le bien-être financier des consommateurs», a déclaré Keehn à BNN Bloomberg dans une interview à la fin de l’année dernière.

«Ce que nous avons appris en cours de route, c’est que les dépenses aléatoires, même si elles n’ont pas de plan pour les rembourser, peuvent affecter votre santé, votre travail et votre état d’esprit… Le résultat est que les Canadiens perdent le sommeil à cause de leurs problèmes d’argent, les milléniaux mentent sur leurs finances et plus d’employés utilisent le temps de travail pour faire face aux tensions financières. »

Tags
Bouton retour en haut de la page
Fermer