La valeur des maisons à Toronto a plus que doublé depuis la récession

Les prix des logements à Toronto ont été multipliés par plus de deux depuis la récession de la décennie précédente, malgré les ventes de septembre demeurant atones et les prix des maisons en baisse pour le quatrième mois consécutif (surtout dans le segment des maisons individuelles).

Selon les données publiées par le Toronto Real Estate Board plus tôt cette semaine, 6379 maisons ont été vendues le mois dernier, en baisse de 35% par rapport à septembre 2016.

Cependant, « un sondage auprès des consommateurs effectué pour TREB au printemps a suggéré que les intentions d’achat au cours de l’année prochaine restent fortes », a déclaré le président du conseil d’administration, Tim Syrianos, dans un communiqué, cité par Bloomberg.

Les prix de référence ont chuté de 0,6% par rapport à août, portant les baisses depuis mai à 8%, selon les données de l’Office. Malgré cela, la valeur des maisons était toujours en hausse de 12% par rapport à l’année précédente.

La baisse de septembre a été la plus faible depuis le début de la crise. Les nouvelles inscriptions ont augmenté de 9,4% par rapport à un an plus tôt à 16 469, laissant le ratio ventes / nouvelles inscriptions à 39%, un niveau que les économistes considèrent comme se situant entre un marché équilibré et un marché d’acheteurs.

La correction concerne principalement le marché des maisons individuelles de Toronto, où les prix moyens ont dépassé 1 million de dollars. Les maisons unifamiliales individuelles ont diminué de 0,6% en septembre et de 11% depuis mai. Les prix des copropriétés ont chuté de seulement 1,5% par rapport à leur sommet et n’ont guère changé en septembre.

A lire  La génération Y aura un impact important sur l'immobilier

Le prix moyen de tous les types de propriétés a augmenté de 2,6% par rapport à l’année précédente pour s’établir à 775 546 $. Cela représente une augmentation de 6% par rapport à la moyenne d’août de 732 292 $ CAN.

Histoires liées:

Toronto parmi les villes mondiales les plus exposées au risque de bulle immobilière, selon un nouveau rapport
L’abordabilité du logement est la pire depuis 1990 – RBC

Tags
Bouton retour en haut de la page
Fermer