Le courtier pèse sur les recommandations d’investissement

Un courtier hypothécaire de premier plan a pesé sur la question des recommandations d’investissement, et pour lui, la transparence est essentielle.

«Ce que devrait être le courtage hypothécaire, c’est (ceci): j’ai un emprunteur qui veut un prêt hypothécaire privé et je vais dans une maison de courtage distincte qui a une bonne affaire sur les fonds privés, puis nous partageons tous les deux des frais de courtage convenus». Ron Butler de Butler Mortgage a écrit sur MortgageBrokerNews.ca. «C’est une transaction très transparente.»

Le commentaire faisait suite à un article sur un besoin accru de clarté dans les renvois de prêts hypothécaires syndiqués, à la suite d’un avertissement de la CSFO concernant ces types de transactions.

«D’après ce que je peux voir, il ne semble pas y avoir d’interdiction pour une maison de courtage (accepter les références d’un courtier sans licence); il y a une interdiction pour la maison de courtage de payer des frais de recommandation à une société qui devrait être agréée comme maison de courtage », a déclaré Joe White, président de l’Association of Mortgage Investment Professionals (AMIPROS) à MortgageBrokerNews.ca. «Ce serait une infraction à la législation. En ce sens, cela irait à l’encontre de l’objectif même de la société proposant une recommandation. Je n’appellerais pas cela une zone grise; J’appellerais cela un domaine qui a besoin de plus d’interprétation.

A lire  Un nouveau commanditaire platine CMA prend d'assaut l'industrie

Alors que les courtiers attendent toujours plus de transparence sur la question, Butler estime que le courtier référent devrait avoir une main plus intime dans la négociation de l’accord, et ne pas simplement le remettre au courtier en placement.

«Si je confie simplement les investisseurs à une maison de courtage distincte qui gère ensuite toute l’interaction entre l’emprunteur et l’investisseur que j’ai amenée à cette maison de courtage totalement distincte, alors ce qui se passe, c’est que l’agent ou le courtier reçoit des frais très élevés. être un «roper»: un chercheur d’investisseurs avec peu ou pas de connaissance intime de l’ensemble de la transaction », a écrit Butler. « Ce n’est pas du courtage hypothécaire tel que je le comprends. »

Tags
Bouton retour en haut de la page
Fermer