Le courtier se tourne vers la politique

Ian Johnston, un courtier en hypothèques indépendant, est candidat au poste de conseiller du quartier 6 de Newmarket et MortgageBrokerNews.ca lui a expliqué pourquoi il avait décidé de se présenter et comment sa carrière hypothécaire l’avait préparé à la politique.

MBN: Qu’est-ce qui vous a inspiré à courir?

Ian Johnston: Je suis une voix pour la politique de la ville à Newmarket et en tant que résident de très longue date, j’ai toujours été préoccupé par ce qui se passe dans mon quartier et dans la ville. J’ai siégé à divers comités en tant que bénévole et quand il y avait une opportunité (de me présenter), je suis intervenu.
Je suis très sociable et toujours soucieux des autres et de la région. J’ai toujours détesté les excuses et avec mon expérience, mes connaissances et mes bons professeurs au fil des ans, je sais comment faire avancer les choses. L’établissement de relations stratégiques solides aide les processus à se réaliser dans un grand groupe ou comité, quelle qu’en soit la cause ou la situation.
Je n’ai jamais attendu pour faire avancer les choses; comme le dit Nike, « Faites-le simplement ». C’est toujours pour l’amélioration de la cause. J’ai assisté à suffisamment de réunions du conseil pour savoir comment lutter contre la paperasserie qui arrête les progrès et empêche les résultats positifs.

MBN: Comment votre expérience en tant que courtier hypothécaire vous a-t-elle préparé à cela?

A lire  Le bureau d'Amazon à Vancouver devrait stimuler la demande commerciale

IJ: J’ai commencé dans les banques et j’ai appris qu’il y a toujours des résultats différents pour différentes situations. Me rendre personnellement responsable de ce sur quoi j’éduque les prospects et les clients m’a fait avancer vers mon poste actuel. Développer des principes pour ma vie et dans mon travail m’a poussé à relever de plus grands défis dans la vie.
Si je peux faire une différence dans la vie d’une personne, cela en fait partie; si je peux le faire pour toute une communauté, alors c’est le défi avec des résultats plus importants qui profitent à tous. C’est ce type d’état d’esprit qui m’a fait réussir. Des progrès peuvent être réalisés dont tout le monde profite.

MBN: Pourquoi un courtier en hypothèques ferait-il un bon fonctionnaire?

IJ: Je ne pense pas que vous puissiez l’étiqueter de cette façon; cela dépend de la personne elle-même. Vous devez connaître la finance, le fonctionnement des marchés, connaître votre communauté et inspirer les gens dans vos conversations ou dans la conduite d’un séminaire. Nous savons seulement ce que nous choisissons de savoir.
Le caractère général et la visibilité dans la communauté aident à être humble et à laisser vos actions positives parler d’elles-mêmes. Il est important de séparer le marketing de la partie hypothécaire de votre travail. En faire «nous, en tant que communauté», vous devez inculquer l’esprit de vos électeurs. Le message que vous devez faire passer est de parler d’eux et non de vous. la gratitude et les inciter à s’exprimer contribueront grandement à être un bon fonctionnaire.

MBN: Qu’espérez-vous accomplir, si vous êtes élu?

A lire  Ralentissement du marché de l'habitation, la fintech pèse sur le segment bancaire canadien

IJ: Le numéro 1 est que les résidents savent qu’ils ont une voix et que je me consacre au cours des quatre prochaines années à faire du quartier 6 le meilleur de Newmarket. Il a été mal desservi ces 30 dernières années. Qu’ils vont se faire entendre, je suis transparent, répondre aux préoccupations du quartier et de la ville.
Je veux que les gens aient la certitude que je travaille à faire une différence, que je serai accessible et que leurs impôts ne sont pas gaspillés. Au fil des ans, j’ai dressé une liste de toutes les préoccupations et mesures que les électeurs souhaitent pour leur communauté à l’avenir. Vivre ici depuis longtemps et connaître les besoins du quartier commencera le premier jour.
Pour la ville de Newmarket à l’avenir, il y a certains changements que j’aimerais incorporer et j’ai hâte de travailler avec le nouveau conseil pour voir si cela se concrétise. Comme je l’ai dit, il n’y a pas de retour de balle: l’honnêteté est toujours la meilleure politique. Pour mon emploi actuel, je conserverai probablement mon permis de courtier puisque le logement abordable et le coût de la vie sont des domaines qui me passionnent.

Tags
Bouton retour en haut de la page
Fermer