Le FMI exhorte le Canada à assurer la santé de son marché immobilier

Le Fonds monétaire international a vivement exhorté le gouvernement canadien à tous les niveaux à prendre des mesures plus décisives pour protéger le marché de l’habitation du pays d’une éventuelle correction, car une telle éventualité comporte de graves risques pour l’économie canadienne dans son ensemble.

Dans les conclusions préliminaires de son examen annuel de l’économie canadienne, le FMI a déclaré la semaine dernière qu’un nouveau resserrement des mesures macroprudentielles et fiscales visant à atténuer les activités spéculatives et d’investissement devrait être envisagé.

L’organisation a également appelé à une coordination plus étroite entre les organismes de réglementation fédéraux et provinciaux ainsi qu’à des efforts du gouvernement pour recueillir des données plus complètes sur les transactions immobilières, a rapporté La Presse canadienne.

Le marché du logement et les niveaux élevés d’endettement des ménages sont souvent cités comme des sujets de préoccupation pour l’économie canadienne.

Ottawa a pris plusieurs mesures ces dernières années pour resserrer les règles sur les prêts hypothécaires, y compris des tests de résistance élargis sur les prêts hypothécaires.

Une taxe sur les acheteurs étrangers de 15 pour cent a également été mise en place dans la région de Vancouver l’été dernier, tandis que l’Ontario a récemment annoncé des plans pour un prélèvement similaire pour la région du Grand Toronto. Le FMI a encouragé la Colombie-Britannique et l’Ontario à remplacer leurs taxes sur les acheteurs étrangers.

A lire  Courtiers, préparez-vous à servir ce marché

Cheng Hoon Lim, chef de mission du FMI pour le Canada, a déclaré que quelques politiques pourraient aider à dissuader la spéculation sur le marché immobilier et à atténuer les inquiétudes concernant l’augmentation du fardeau de la dette.

«Parmi ces mesures, un plafond d’endettement des ménages par rapport au revenu ou des critères de qualification plus stricts pour l’endettement des ménages au-dessus d’un certain seuil ira directement à la lutte contre l’endettement des ménages», a-t-elle déclaré.

Le service aux investisseurs de Moody’s a récemment revu à la baisse la note des six grandes banques canadiennes en raison de préoccupations concernant la dette des consommateurs et les prix des logements qui pourraient les rendre vulnérables.

Récemment, le nouveau chef de la direction de l’Association des banquiers canadiens a déclaré que les décideurs devraient prendre le temps de s’assurer qu’il n’y a pas de conséquences involontaires découlant des efforts visant à contenir la flambée des prix des logements à Toronto avant d’introduire d’autres mesures.

Neil Parmenter s’est dit encouragé par le fait que les paliers de gouvernement fédéral, provincial et municipal travaillent ensemble sur la politique du logement. Mais il a exhorté les régulateurs et les politiciens à évaluer les effets des récents changements de règles avant d’introduire de nouvelles politiques.

A lire  Les investissements étrangers pourraient augmenter sur le marché immobilier canadien

«Parfois, il est sain de faire une petite pause et de voir quels sont les impacts, puis de les ajuster si nécessaire», a déclaré Parmenter plus tôt ce mois-ci.

Histoires liées:

La SCHL publie un rapport trimestriel
Commentaire: Le Canada à un stade avancé de dépendance immobilière

Tags
Bouton retour en haut de la page
Fermer