Le gouvernement dit au conseil de réglementation: « vous êtes viré! »

Le gouvernement de l’Alberta est en train de renvoyer l’ensemble du conseil qui réglemente le secteur immobilier provincial au motif qu’il est désespérément dysfonctionnel et ravagé par des luttes intestines.

Le ministre de Service Alberta, Nate Glubish, a déposé une loi qui permettra à la province de renvoyer les huit membres restants du conseil et de nommer un administrateur intérimaire jusqu’à ce qu’un nouveau conseil soit en place.

Glubish dit que les problèmes qui affligent le Real Estate Council of Alberta (RECA) ont duré trop longtemps et que le travail critique n’est pas abordé.

«Le Real Estate Council of Alberta n’a pas réussi à assurer une gouvernance et une surveillance efficaces du secteur immobilier», a-t-il déclaré à la maison.

«Notre objectif avec ce projet de loi est de protéger les activités générales du conseil et son rôle extrêmement important, et de restaurer la confiance des Albertains dans le régulateur immobilier.

Glubish a déclaré qu’une action immédiate était nécessaire.

Si la législation est adoptée, l’administrateur intérimaire nommé assumera les fonctions de réglementation du RECA pour une période maximale d’un an, y compris la supervision de la transition vers un nouveau conseil.

La décision fait suite à un rapport d’audit externe sur le conseil commandé par Service Alberta plus tôt cette année. Le gouvernement a demandé à KPMG de mener un examen qui consistait en des entrevues et en examinant la documentation afin de procéder à une évaluation de haut niveau du rendement du Real Estate Council of Alberta par rapport aux critères établis. KPMG a examiné les conclusions à la lumière des pratiques de gouvernance courantes et de pointe pour les organismes à but non lucratif et de réglementation d’une échelle similaire, et a fourni des conseils dans ce rapport au ministre sur les mesures recommandées concernant la gouvernance du Conseil.

A lire  Les primo-accédants devront désormais payer 20% de plus pour leur maison

Entre autres choses, KPMG a constaté que le conseil avait passé trop de temps sur les questions internes et administratives, ajoutant que les comités de concentration étaient restés vides, que les réunions n’avaient pas eu lieu et qu’il y avait un manque de contrôle sur les finances et les dépenses.

«Il y a trop de problèmes avec la composition et le fonctionnement actuels du conseil pour permettre un organe de gouvernance efficace», lit-on dans le rapport.

«Le rejet d’un seul sous-ensemble du conseil pourrait contribuer à une nouvelle détérioration de la confiance entre le conseil, l’administration et l’industrie.»

Le rapport a également ajouté que le conseil n’a pas assez de membres du public, car 10 des 12 postes du conseil étaient occupés par des membres de l’industrie immobilière. Glubish a déclaré que cette monopolisation a conduit à certains des problèmes.

Quatre membres ont démissionné du conseil après la publication du rapport de KPMG.

Brad Mitchell, PDG de l’Alberta Real Estate Association, a déclaré à la radio de la CBC que la décision de licencier le conseil était «un premier pas important», ajoutant qu’il y avait eu un certain nombre de problèmes au cours des dernières années.

Un exemple, a-t-il dit, était les récents règlements sur la publicité dictant la taille de police du nom de l’agent immobilier et le nom de la maison de courtage sur les enseignes, garantissant ainsi que les deux étaient égaux. En d’autres termes, a déclaré Mitchell, un «règlement sur la paperasse» qui n’a vraiment aidé personne.

A lire  Ottawa devient le terrain de jeu de la RGT

Le porte-parole du NPD, Jon Carson, a déclaré que le plan est bon en principe, mais il est essentiel que des personnes qualifiées soient choisies pour le nouveau conseil.

«Nous allons travailler très fort pour nous assurer qu’à l’avenir, des Albertains réguliers soient nommés à ce conseil et que ce ne soit pas seulement utilisé comme une autre occasion pour le (Parti conservateur uni) de nommer ses amis et ses initiés», a déclaré Carson.

En 2018, RECA a autorisé 12639 courtiers et associés immobiliers, 2319 courtiers et associés en hypothèques et 634 évaluateurs. Le conseil discipline et forme également les membres.

Tags
Bouton retour en haut de la page
Fermer