Le marché commercial canadien continue de magnétiser les investisseurs

Malgré les pressions croissantes de la pandémie, les actifs commerciaux du Canada sont restés au centre de l’activité des investisseurs au cours des derniers mois, selon une nouvelle étude du Groupe Altus.

« Avec les changements quotidiens dans les restrictions liées à la pandémie dans les régions, les actifs industriels sont restés une priorité clé pour les investisseurs, en particulier sur le marché d’Ottawa ce trimestre », a déclaré le groupe Altus dans son rapport publié plus tôt ce mois-ci.

Le taux de capitalisation global des principales classes d’actifs commerciaux s’est établi à 5,08 % ce trimestre, en baisse par rapport à 5,10 % au premier trimestre, mais en hausse par rapport à 4,94 % au deuxième trimestre 2020.

« Avec les réouvertures dans le secteur de la vente au détail entraînant une augmentation du volume des ventes, la forte demande industrielle reflète un besoin continu d’espace logistique pour répondre aux besoins de capacités omnicanales améliorées qui se sont développées au cours de la dernière année », a déclaré Altus. « Bien que les actifs industriels aient dépassé à la fois les commerces de détail à ancrage alimentaire et les actifs résidentiels suburbains à logements multiples sur le baromètre de localisation, les deux secteurs intéressent toujours les investisseurs. »

Lire la suite: La Banque du Canada sur les perspectives du marché commercial pour l’année à venir

Un sentiment d’optimisme accru alimente également la reprise du marché commercial.

A lire  Une société leader de logiciels immobiliers nomme un nouveau PDG

« Les volumes globaux de transactions augmentent à mesure que les investisseurs avancent dans la prise de décision et anticipent une activité accrue plus tard dans l’année », a déclaré Altus.

Il convient de noter en particulier le segment multirésidentiel, qui a connu un « élan croissant » ce trimestre, en particulier à Vancouver, Ottawa et Halifax.

« Le maintien de taux d’intérêt bas pourrait faire avancer le marché du printemps et faire avancer la demande en 2021 », a déclaré Altus.

Cependant, les perspectives pour le segment des bureaux restent modestes, malgré des taux de capitalisation des bureaux de classe « AA » du centre-ville atteignant 5,63 % ce trimestre (contre 5,6 % au premier trimestre et 5,3 % au deuxième trimestre 2020).

« Bien que certains réévaluent leurs besoins en espace et envisagent une réduction des effectifs, d’autres adoptent une approche attentiste pour retourner dans leur espace existant une fois qu’il sera possible de le faire en toute sécurité », a déclaré Altus. « De faibles volumes de transactions de bureau et des taux de disponibilité élevés contribuent aux incertitudes persistantes. »

Tags
Bouton retour en haut de la page
Fermer