Le nouveau test de résistance hypothécaire du BSIF est inutile et nuisible – Think Tank

Un nouveau test de résistance pour tous les prêts hypothécaires non assurés est inutile et pourrait augmenter les coûts pour les acheteurs, selon le dernier rapport du Fraser Institute.

L’auteur de l’étude Neil Mohindra a écrit que le test de résistance proposé «fera plus de mal que de bien» en limitant l’accès aux prêts hypothécaires pour certains acheteurs de maison.

«La norme obligatoire pour les tests de résistance pourrait entraîner un marché hypothécaire moins concurrentiel et plus concentré», a déclaré Mohindra, cité par La Presse canadienne.

L’étude est intervenue alors que le Bureau du surintendant des institutions financières finalise de nouvelles lignes directrices en matière de prêt.

Parmi les changements envisagés, il y a une exigence que les acheteurs de maison qui ont un acompte de 20% ou plus et qui n’ont pas besoin d’une assurance hypothécaire doivent quand même démontrer qu’ils peuvent effectuer leurs paiements si les taux d’intérêt augmentent.

Le chef du BSIF a déclaré que l’organisme de réglementation bancaire du Canada veut réduire le risque de défaut de paiement des prêts hypothécaires en raison du niveau élevé d’endettement des ménages.

«Nous n’attendons pas de voir ces risques se cristalliser dans l’augmentation des arriérés et des défauts de paiement avant d’agir», a déclaré la semaine dernière Jeremy Rudin, directeur du BSIF.

A lire  Les banques appellent le gouvernement à refroidir le marché

La dette des ménages canadiens par rapport au revenu disponible a atteint un niveau record au deuxième trimestre. Statistique Canada a rapporté le mois dernier que la dette des ménages sur le marché du crédit en proportion du revenu disponible des ménages a augmenté pour s’établir à 167,8%, comparativement à 166,6% au premier trimestre.

Cependant, Mohindra a déclaré qu’au lieu d’un test normatif, le BSIF pourrait utiliser ses pouvoirs existants pour corriger ce qu’il croit être des lacunes dans les politiques et procédures.

La Banque du Canada a relevé son objectif de taux d’intérêt directeur d’un quart de point de pourcentage deux fois cette année.

Les augmentations ont fait grimper les taux préférentiels des grandes banques, qui sont utilisés pour déterminer les taux des prêts hypothécaires à taux variable et des marges de crédit.

Histoires liées:

L’organisme de réglementation finalisera les modifications apportées aux règles hypothécaires
Les propositions du BSIF feront plus de mal que de bien aux consommateurs – observateurs

Tags
Bouton retour en haut de la page
Fermer