Le Québec et l’Alberta représentent l’essentiel des reports d’hypothèque

Alors que les reports d’hypothèques des institutions canadiennes battent leur plein, le Québec et l’Alberta ont représenté plus de la moitié des paiements reportés à l’échelle nationale, selon la Société canadienne d’hypothèques et de logement.

La SCHL a déclaré que les reports représentaient environ 12% des détenteurs de prêts hypothécaires canadiens. À la mi-mai, 27% de tous les reports provenaient du Québec et 26% de l’Alberta.

L’Ontario représentait 21% de ceux qui reportaient leurs versements hypothécaires, tandis que la Colombie-Britannique n’en représentait que 7%.

Dans une déclaration au Comité permanent des finances la semaine dernière, le PDG de la SCHL, Evan Siddall, a déclaré que si la mise en place actuelle des reports est un sursis bienvenu pour une base de consommateurs déjà aux prises avec des revenus considérablement réduits en raison du COVID-19, cela ne se fait pas sans ses propres risques.

Si l’économie canadienne ne redémarre pas à temps, jusqu’à 20% de tous les prêts hypothécaires pourraient devenir des comptes en souffrance d’ici septembre, a déclaré Siddall.

«Une équipe travaille au sein de la SCHL pour aider à gérer une« falaise de report »croissante de la dette qui se profile à l’automne, lorsque certains chômeurs devront recommencer à payer leur prêt hypothécaire», a déclaré Siddall. «Jusqu’à un cinquième de tous les prêts hypothécaires pourraient être en souffrance si notre économie ne s’est pas suffisamment rétablie.»

A lire  Le secteur de la logistique déterminera la demande pour les espaces industriels de Toronto

Cela représentera un autre fardeau pour le système financier canadien en difficulté.

«Tout comme les gouvernements s’endettent de plus en plus pour financer la réponse au COVID-19, les reports d’hypothèques s’ajoutent aux niveaux déjà historiques d’endettement des ménages», a déclaré Siddall. «La combinaison résultante d’une dette hypothécaire plus élevée, d’une baisse des prix des maisons et d’un chômage accru est une source de préoccupation pour la stabilité financière à long terme du Canada.

Tags
Bouton retour en haut de la page
Fermer