Le ratio de la dette au revenu des Canadiens diminue légèrement – Statistique Canada

Le ratio de la dette des ménages canadiens par rapport au revenu a légèrement baissé au 4e trimestre de l’année dernière, ce qui laisse supposer que la croissance de la dette a peut-être pris un tournant.

Statistique Canada a déclaré à la fin de la semaine dernière que la dette des ménages sur le marché du crédit en proportion du revenu disponible des ménages s’élevait à 170,4% au quatrième trimestre de 2017.

Cela par rapport à 170,5% au trimestre précédent, qui a été révisé à la baisse par rapport à une lecture antérieure de 171,1%.

«Bien qu’il soit trop tôt pour le dire, nous aurions peut-être vu le sommet du ratio d’endettement au troisième trimestre, car le premier trimestre verra sans aucun doute une baisse importante en raison de la saisonnalité», a déclaré Benjamin Reitzes, stratège canadien des taux et macroéconomique de la Banque de Montréal. Presse.

La dette des ménages est souvent citée comme un risque majeur pour l’économie canadienne par la Banque du Canada et d’autres observateurs. La banque centrale, qui a augmenté son taux d’intérêt de référence trois fois depuis l’été dernier, a déclaré qu’elle surveillait attentivement la sensibilité de l’économie à la hausse des taux d’intérêt.

Statistique Canada a rapporté que le ratio clé a diminué à mesure que la dette totale des ménages sur le marché du crédit – qui comprend le crédit à la consommation, les prêts hypothécaires et non hypothécaires – a augmenté de 1,1% au quatrième trimestre pour s’établir à 2,13 billions de dollars. La dette hypothécaire s’est élevée à 1,397 billion de dollars, tandis que le crédit à la consommation a atteint 630,4 milliards de dollars.

A lire  `` Nous contre eux '' fera plus de mal que de bien au marché

Lire la suite: Les observateurs budgétaires mettent en garde contre la vague d’emprunts sans entraves du Canada

Pendant ce temps, le ratio du service de la dette totale des ménages, mesuré en tant que total des paiements obligatoires du principal et des intérêts en proportion du revenu disponible des ménages pour la dette hypothécaire et non hypothécaire, est resté stable à 13,8% au quatrième trimestre.

«Les taux d’intérêt devraient encore augmenter et la réglementation du logement se resserrant aux niveaux fédéral et provincial, le pic de la croissance de la dette pourrait très bien être derrière nous», a écrit l’économiste de la Banque Royale Josh Nye dans un récent rapport. «Cela devrait être considéré comme une évolution positive par la Banque du Canada, même si les progrès dans la réduction de la« vulnérabilité clé »de l’endettement élevé des ménages seront probablement très lents.

La baisse du ratio d’endettement clé est survenue alors que la valeur nette du secteur des ménages a augmenté de 2,1% au quatrième trimestre pour atteindre près de 10,9 billions de dollars.

Selon Statistique Canada, les actifs financiers ont été le principal contributeur, avec une croissance de 196,6 milliards de dollars pour atteindre près de 6,9 ​​billions de dollars, principalement grâce aux fonds d’actions et d’investissement.

A lire  Zoocasa cessera de publier des données sur les ventes à domicile

La valeur de l’immobilier résidentiel des ménages a augmenté de 0,6% au quatrième trimestre, après être restée stable au cours des deux trimestres précédents.

Histoires liées:

Tags
Bouton retour en haut de la page
Fermer