Le syndicat de la Colombie-Britannique demande le gel des paiements hypothécaires et de loyer

Un syndicat de la Colombie-Britannique appelle les gouvernements fédéral et provincial à geler tous les paiements d’hypothèque et de loyer jusqu’à la fin de la pandémie COVID-19, mais il semble y avoir peu d’enthousiasme de la part des agences gouvernementales à l’égard de la proposition.

Le BC Government and Service Employees ‘Union (BCGEU), qui compte 80000 membres, a cité des données de l’indice d’abordabilité annuel BDO 2019 en montrant que plus de la moitié des Canadiens existent financièrement chèque de paie. Le BCGEU a également souligné que de nouvelles mesures, notamment l’annulation de grands rassemblements, les avis aux voyageurs et la distanciation sociale, ont un effet perturbateur sur la vie de nombreux Britanno-Colombiens, qui ne pourront pas travailler du tout ou travailleront moins d’heures. En conséquence, a souligné le syndicat, un nombre accru de travailleurs n’aura pas les fonds nécessaires pour payer leur hypothèque et leur loyer.

Lire la suite: Taylor Little, de Neighborhood Holdings, relève le défi COVID-19

« Le BCGEU a déclaré depuis le début de cette épidémie que la protection des travailleurs doit être un élément central de la réponse du gouvernement – c’est pourquoi nous avons appelé à la fin des notes des médecins ainsi que des congés de maladie payés et une foule d’autres mesures axées sur les travailleurs. », a déclaré Stephanie Smith, présidente du syndicat. «Le BCGEU exhorte nos membres et tous les travailleurs à faire confiance à la science et à suivre les recommandations de santé publique. Les gouvernements fédéral et provinciaux pourraient soutenir notre message en suspendant les paiements d’hypothèque et de loyer pendant la pandémie COVID-19 pour s’assurer que les travailleurs peuvent se permettre de faire la bonne chose.

A lire  L'abordabilité du logement est un enjeu économique et politique majeur

« Nous avons tous un rôle à jouer dans l’aplatissement de la courbe – travailleurs, employeurs et gouvernements », a ajouté Smith. «Nos gouvernements fédéral et provinciaux ont actuellement l’occasion d’atténuer l’une des principales pressions économiques qui forcent les gens à choisir de continuer à travailler même s’ils ont été exposés au COVID-19 ou s’ils sont symptomatiques.

Les préoccupations liées au logement ont été reconnues par le premier ministre Justin Trudeau lors d’une conférence de presse vendredi, dans laquelle il a exprimé son empathie pour les efforts du public canadien pour maintenir la stabilité financière alors que la pandémie de coronavirus fait des ravages dans l’économie mondiale.

«Je sais que vous êtes inquiet», a déclaré Trudeau. «Vous vous inquiétez pour votre santé, pour la santé de vos familles, pour votre travail, vos économies, pour payer le loyer, pour que les enfants ne soient pas à l’école. Je sais que vous êtes préoccupé par l’incertitude de l’économie mondiale. Les étapes être emmenés pour assurer votre sécurité, avoir un impact économique… Nous ne voulons pas qu’un Canadien ait à se soucier de savoir s’il pourra ou non payer son loyer, s’il pourra ou non acheter à l’épicerie ou à prendre soin de leurs enfants ou des membres âgés de leur famille. Nous devons nous assurer que les Canadiens ont les options et la capacité de suivre les meilleurs conseils de santé publique et de se protéger. « 

A lire  Les prix à Vancouver continueront d'augmenter jusqu'en 2041

Cependant, Trudeau n’a pas proposé de plan spécifique pour fournir une aide financière aux propriétaires et aux locataires qui ne pouvaient pas couvrir leurs frais de logement en raison des arrêts de travail COVID-19. La décision du Parlement du 13 mars de suspendre sa séance jusqu’au 30 avril a également fait obstacle à l’appel du BCGEU à une assistance fédérale rapide. La suspension retardera le débat sur le budget fédéral, qui devait être présenté le 30 mars.

Un ton un peu plus utile a été donné par la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL), qui s’est adressée à Twitter pendant le week-end avec le message: «Personne ne devrait avoir à s’inquiéter de son #hypothèque en raison des impacts du # COVID-19. Nous travaillons avec des prêteurs pour vous aider, en augmentant nos flexibilités pour permettre un report de paiement pouvant aller jusqu’à 6 mois à partir de maintenant. »

Le tweet de la SCHL comprenait un lien vers une page de son site Web intitulée «Faire face aux difficultés de paiement hypothécaire», qui offrait des conseils généraux sur les problèmes de couverture des frais de logement; la page ne faisait aucune mention de la crise sanitaire actuelle.

Tags
Bouton retour en haut de la page
Fermer