Les acheteurs chinois continueront d’être affamés de biens immobiliers canadiens

Les Chinois continueront de rechercher activement l’immobilier canadien, mais le portail immobilier international Juwai.com a prédit que la croissance de la demande sera modérée par rapport au rythme fébrile des années précédentes.

En 2018, les ressortissants chinois ont exprimé des intentions d’achat d’environ 1,45 milliard de dollars américains sur des propriétés canadiennes.

Cependant, avec les effets de refroidissement du marché des réglementations ciblant les étrangers prenant racine à Toronto et à Vancouver pendant la majeure partie de l’année, le volume des demandes de renseignements chinois à Montréal, Calgary et Halifax a considérablement augmenté.

«Avec des taxes sur les acheteurs étrangers et des prix élevés à Vancouver et à Toronto, nous avons vu un nombre croissant d’acheteurs chinois se déplacer vers d’autres villes du Canada», a déclaré Carrie Law, PDG de Juwai.com. Le Globe and Mail.

Lire la suite: Les acheteurs de propriétés chinoises quittent Toronto, Vancouver

Law a noté que la demande chinoise pour les propriétés de Vancouver avait diminué de 2,8% par an en 2018 et que Toronto avait connu une diminution encore pire de 10,3% au cours de la même période.

En comparaison, les recherches chinoises de maisons à Montréal ont augmenté de 35,7% de 2017 à 2018. Calgary a connu une augmentation beaucoup plus importante de 234,4%, et Halifax a clairement été le gagnant avec une croissance de 394%.

A lire  La majorité des Canadiens admettent des comportements qui les incitent à s'endetter à long terme

«Jusqu’en 2017, seule une poignée relative d’acheteurs de la Chine continentale connaissait Calgary et Halifax et beaucoup moins de biens y ont acheté.»

À l’échelle nationale, les intentions chinoises sur les maisons canadiennes augmenteront d’environ 10% d’une année à l’autre en 2019, bien loin des augmentations enregistrées à l’époque précédant l’imposition du B-20 et des taxes sur les acheteurs de maisons à l’étranger (76,1% par an en 2015 et 43,4% en 2016).

La détention du directeur financier de Huawei, Meng Wanzhou – arrêté à l’aéroport international de Vancouver en décembre dernier et exacerbant les tensions entre Ottawa et Pékin – n’a eu aucun impact perceptible sur l’intérêt des acheteurs et des investisseurs chinois pour la propriété canadienne, a déclaré Juwai.com.

Tags
Bouton retour en haut de la page
Fermer