Les agents immobiliers affirment que le marché n’est pas surévalué

Les observateurs immobiliers de tout le pays retiennent leur souffle collectif, attendant de voir quelles catastrophes 2015 apporteront à un marché surévalué, mais certains agents affirment que les Canadiens pousseront probablement un soupir de soulagement.

«Ces malfaiteurs ne font pas partie de l’industrie et ne travaillent pas dans l’industrie», écrit Jackie Laurin dans notre publication sœur, REP forum. «Que savent-ils des propriétés surévaluées?»

Les sentiments de Laurin sont repris par bon nombre de ses collègues qui soutiennent que ces prédictions n’ont pas encore été ressenties sur le terrain.

«Les propriétés que je suis régulièrement dans la plupart des provinces n’ont pas de prix exagérés pour les maisons», écrit-elle. «Ottawa, par exemple, a un marché résidentiel à prix raisonnable, et de nombreuses autres villes, comme Londres, ont toujours des prix extrêmement avantageux.

En effet, les régions à l’extérieur des grandes métropoles n’ont pas été confrontées aux frénésie d’achats frénétiques que vivent des villes comme Vancouver, Toronto et Calgary. Et quoi qu’il en soit, certains agents pensent que les prix, même dans ces villes, commenceront à se refroidir au cours de la nouvelle année.

«Ne pensez-vous pas que la baisse des prix du pétrole résoudra une partie du problème au cours de l’année prochaine?» demande à un agent nommé Judy dans le REPRÉSENTANT forum. «Il y aura une baisse des frais de déplacement, des prix du chauffage domestique, etc., ce qui donnera au public un peu plus de marge dans son budget pour rembourser ses dettes. Les marchés du logement à Calgary, Edmonton, etc., vont se refroidir énormément, tout comme certains des marchés auxiliaires qui reçoivent des revenus de l’industrie pétrolière.

A lire  Des groupes d'agents de l'Ontario demandent une interdiction générale des transactions en personne

Tags
Bouton retour en haut de la page
Fermer