Les associations hypothécaires présentent des recommandations aux organismes de réglementation

L’association des courtiers de la Colombie-Britannique a maintenant formellement présenté des recommandations au Conseil canadien des organismes de réglementation demandant explicitement que les représentants des banques soient soumis aux mêmes règlements que les courtiers en hypothèques.

«Imposer des limites à la conduite des représentants bancaires crée des règles du jeu équitables avec les courtiers en hypothèques en assurant une protection adéquate et raisonnable du consommateur», a expliqué la Mortgage Broker Association of BC. «La position des associations provinciales est claire: si un représentant de banque traite de quelque manière que ce soit des transactions avec des tiers, il doit fonctionner selon les mêmes règles que les courtiers en hypothèques avec la réglementation et la formation requises.

Et ce n’est pas seulement le MBABC qui mène la cause.

«La MBABC, en collaboration avec d’autres associations, a présenté une soumission conjointe au Conseil canadien des organismes de réglementation des courtiers en hypothèques, qui comprend des organismes de réglementation de la Colombie-Britannique, de l’Alberta et de l’Ontario, sur certaines questions clés liées à la réglementation des courtiers en hypothèques», a déclaré Samantha Gale de MBABC à MortgageBrokerNews. Californie. «Ces problèmes incluent la réglementation des représentants des banques itinérantes et les normes de conformité. Le MBABC a rencontré le MBRCC lors de sa réunion de l’industrie le 23 novembre et a abordé certaines de ces questions.

A lire  La dette extérieure des banques indique une domination étrangère dans l'immobilier

Les recommandations soulignaient les différences entre un courtier en hypothèques et un spécialiste des prêts hypothécaires bancaires.

«Le rôle (d’un courtier) est d’acheter des prêts hypothécaires auprès de différentes institutions financières et de trouver l’accord le plus approprié qui correspond aux besoins des emprunteurs – c’est ce qui en fait un agent ou un quasi-agent pour le client. devoir sans équivoque de divulguer les conflits d’intérêts aux clients », ont-ils déclaré. «Ce modèle de courtage contraste fortement avec celui adopté par le représentant de Bank Road, qui est fondamentalement un vendeur, dont l’objectif est de vendre des prêts hypothécaires aux clients en utilisant un modèle où la banque est le magasin de prêts hypothécaires par excellence.»

Les trois organisations ont également avancé un argument convaincant expliquant pourquoi les mêmes règles devraient s’appliquer à tous les professionnels qui ont la capacité de vendre des prêts hypothécaires au Canada.

Bien sûr, ce n’était pas le seul problème présenté. Ils ont également formulé des recommandations en matière d’aptitude, de réglementation fondée sur des principes et d’éducation. En ce qui concerne l’éducation, ils ont décrit une philosophie appropriée appelant à une association par province pour régir la formation des courtiers.

«L’éducation devrait viser à attirer des personnes qui veulent devenir des professionnels bien formés et non ceux qui essaient d’accélérer ou de trouver des solutions de contournement pour faire le travail nécessaire», ont-ils déclaré. «Une association par province offrant tout le perfectionnement professionnel ou tous les permis permettrait le partage des coûts, l’amélioration des normes et un plus grand professionnalisme grâce à une fondation commune qui peut tenir compte des différences régionales.

A lire  Les maisons individuelles de Toronto virent à une crise de disponibilité

Tags
Bouton retour en haut de la page
Fermer