Les banques disent-elles aux clients de noter la boutique?

Les courtiers qui doivent faire face à des acheteurs à taux irréguliers n’ont rien de nouveau, mais l’expérience récente d’un courtier suggère que les banques peuvent en fait encourager ce comportement audacieux.

«Cela vient de se produire il y a quelques semaines – un client est venu me voir pour demander un prêt hypothécaire et il avait déjà parlé à la banque», a déclaré Mike Celuch de Mortgage Intelligence à MortgageBrokerNews.ca. «La banque a dit au client d’aller voir un courtier, de savoir quel taux il offrirait et qu’il le ferait.»

Celuch a perdu l’entreprise de ce client en particulier. Bien qu’il ait, dans le passé, été en mesure de gagner le marché des acheteurs de tarifs.

«Si je sais d’avance que c’est ce que fait le client, je leur dirai simplement: ‘ici, c’est le tarif que je vais proposer, mais je ne vais pas perdre mon temps pour rien’», a-t-il déclaré. « ‘Si vous voulez rester avec moi, je vous donnerai le meilleur tarif possible.' »

Avec la prévalence des sites Web de comparaison de taux et des campagnes promotionnelles agressives des grandes banques, les courtiers doivent traiter avec des clients axés sur les taux qui ont l’intention de magasiner jusqu’à trouver le meilleur taux.

Certains courtiers ont combattu cela en demandant aux clients de signer des lettres d’engagement. De son côté, Celuch les utilise au cas par cas.

A lire  La souveraineté canadienne en jeu dans l'infusion du capital chinois

«J’ai un formulaire qui, si je pense qu’un client m’utilise, je le fais signer, mais le problème est de savoir dans quelle mesure est-il exécutoire?» il a dit. «C’est similaire à un contrat que nous font les agents immobiliers; c’est une convention de courtier qui stipule qu’ils demandent une hypothèque pour un montant X de dollars, et le client attend l’engagement. S’ils annulent, j’ai droit à des frais de X dollars. »

Tags
Bouton retour en haut de la page
Fermer