Les barrages routiers bureaucratiques entravent le logement abordable à Saskatoon

Le gouvernement de la Saskatchewan a annoncé à la fin du mois dernier qu’il allait ajouter de nouveaux logements abordables, mais les responsables sur le terrain ont noté que des problèmes de paperasserie persistent.

En réponse aux personnes dans le besoin de Saskatoon qui sollicitent l’aide du centre pour sans-abri de la ville, le gouvernement provincial a déclaré qu’il envisageait d’accorder aux organisations l’accès aux 2000 logements vides détenus par la Saskatchewan Housing Corporation (SHC).

«Les gens qui normalement ne seraient pas considérés comme des dormeurs à la rue, ou comme dormant dans la rue, sont maintenant dans cette situation à cause du COVID-19», a déclaré Colleen Christopherson-Cote, membre de l’équipe d’intervention communautaire du COVID-19, à Global News.

Au milieu de la pandémie qui a mis les économies du monde entier à genoux, le manque de logements abordables facilement accessibles a été le thème récurrent au Canada au cours des dernières semaines.

De nouveaux chiffres de la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL) indiquent que les mises en chantier nationales ont diminué de 7,3% d’un mois à l’autre en mars, tombant à 195 174 unités par rapport à 210 574 en février dernier.

Cependant, alors que le centre des sans-abri de Saskatoon a depuis obtenu l’autorisation de 10 chambres d’hôtel et 10 unités, l’accès à ces logements demeure loin d’être optimal.

A lire  L'open banking n'est plus facultatif

«La stratégie n’est pas opérationnelle», a expliqué Christopherson-Côté. «La plupart des unités SHC ne sont pas meublées, donc les gens ne peuvent pas emménager.»

«Les personnes que nous essayons de loger ont des besoins médicaux et de santé mentale complexes», a-t-elle ajouté. «Et nous devons donc nous assurer que les services et les soutiens pour eux sont intégrés autour d’eux afin qu’ils restent isolés dans ces endroits et que nous ne leur causions pas de préjudice supplémentaire.»

Tags
Bouton retour en haut de la page
Fermer