Les Canadiens préfèrent toujours les taux fixes

Les courtiers vantent peut-être les avantages des prêts hypothécaires à taux variable, mais de plus en plus de Canadiens croient que les options à taux fixe sont préférables dans l’environnement actuel.

« Même si nous avons un environnement de taux relativement stable depuis plusieurs années, les Canadiens font preuve de prudence en matière de planification hypothécaire et tiennent compte de la possibilité de taux plus élevés dans un proche avenir », Barry Gollom, vice-président, les prêts garantis et la politique des produits à la CIBC ont déclaré dans un communiqué officiel. «Avec des taux fixes proches de leurs creux historiques, les Canadiens voient une occasion de se maintenir pendant un certain nombre d’années afin de réduire le risque de frais d’intérêt plus élevés prévus.

La CIBC a mené un sondage Nielsen Consumer Insights auprès de 1 005 Canadiens du 6 au 10 février. L’enquête a révélé que 48% des Canadiens choisiraient une hypothèque à taux fixe s’ils devaient prendre la décision aujourd’hui, comparativement à 31% qui choisiraient la variable. 19% étaient indécis.

« Pour ceux qui ont récemment contracté un prêt hypothécaire et peuvent avoir des dépenses supplémentaires ou détenir d’autres dettes, la prévisibilité d’un taux hypothécaire fixe peut être plus attrayante », a déclaré Gollom. « Cependant, ceux qui ont remboursé une partie importante de leur prêt hypothécaire sont probablement moins sensibles aux changements de taux. »

A lire  La COVID-19 a stimulé l'accession à la propriété chez les jeunes Canadiens

L’enquête a également révélé que 47 pour cent des Canadiens croient que les taux augmenteront au cours des 12 prochains mois, comparativement à 38 pour cent par rapport à l’an dernier.

«Le sondage a également révélé que les jeunes Canadiens étaient encore plus susceptibles de choisir un prêt hypothécaire fixe, 56% des Canadiens âgés de 25 à 34 ans affirmant qu’ils se fixeraient un taux fixe aujourd’hui, un nombre qui n’a cessé d’augmenter au cours des quatre derniers. En revanche, les propriétaires plus établis (âgés de 45 à 54 ans) faisaient partie de ceux qui étaient moins susceptibles de se tourner vers un taux fixe (43%). »

Tags
Bouton retour en haut de la page
Fermer