Les capacités d’achat d’une maison de la génération Y ont un impact sur la force économique à long terme

Les prix extrêmement élevés des maisons à Vancouver, ainsi que les récents changements apportés aux règlements régissant les prêts hypothécaires au Canada, limiteront les chances des millénaires d’acheter et de posséder une maison – et à leur tour affecteront l’économie nationale à long terme.

L’expert en politique du logement, Duncan MacLennan, a déclaré que les problèmes immobiliers au Canada ont dépassé depuis longtemps le point d’être simplement une question de droits de la personne.

«Nous devons cesser de penser au logement simplement comme une sorte de service social, mais reconnaissons que c’est une chose essentielle à faire pour toute région métropolitaine qui veut être une grande ville – et c’est ce qu’est Vancouver», a déclaré MacLennan au Vancouver Sun.

L’économiste a ajouté que le problème est aggravé par le fait que les milléniaux ne sont pas aussi chanceux que les générations précédentes, qui ont eu des décennies pour régler leurs prêts hypothécaires dans un environnement fiscal plus favorable.

« Si [millennials] ne devenez pas propriétaires avant l’âge de 40 ans, le moment où ils peuvent payer pour ces autres choses est vraiment poussé plus loin, de sorte que je pense que cela aura un effet potentiellement négatif sur les économies des ménages canadiens pendant cette période, et aussi sur la consommation », a déclaré MacLennan.

«Les premières mesures qui ont été prises récemment pour refroidir le marché du logement à Vancouver et à Toronto en étant plus restrictives dans la capacité de contracter des hypothèques, je pense en fait qu’elles agissent contre les intérêts des plus jeunes et les rendent plus difficiles à prendre. une hypothèque alors que les taux d’intérêt sont encore bas.

A lire  La dette continuera d'augmenter en 2016, mais la plupart des Canadiens sont en bonne santé: experts

Ces projections reflétaient celles de la BC Real Estate Association, qui a déclaré plus tôt cette semaine que les milléniaux pourraient perdre jusqu’à 1/5 de leur pouvoir d’achat en vertu des nouvelles règles.

La dernière série de mesures fédérales, qui devraient entrer en vigueur le 17 octobre, a fait craindre une baisse d’activité du marché, car les modifications réglementaires obligeront tous les prêts hypothécaires assurés avec un acompte inférieur à 20% à se qualifier à un taux plus élevé. support.

Tags
Bouton retour en haut de la page
Fermer