Les capitaux étrangers semblent rester tièdes sur Montréal et Calgary

La mise en œuvre des taxes sur les acheteurs de maison étrangers à Vancouver et à Toronto a suscité beaucoup de spéculations et de commentaires selon lesquels Montréal et Calgary seraient les prochaines grandes destinations d’investissement dans le logement.

Cependant, les acteurs de l’industrie et les courtiers locaux ont noté que jusqu’à présent, l’intérêt initial – tel qu’exprimé dans les requêtes préalables à l’achat et les recherches en ligne – n’a pas semblé se traduire par un volume réel de transactions.

Le promoteur immobilier Brad Lamb a déclaré qu’il avait eu du mal à stimuler l’intérêt des Chinois pour Edmonton et Calgary (cette dernière travaillant actuellement sous une surabondance de condos invendus) en affichant des listes de développements dans ces villes.

«Ils auront leur coup de pied à Montréal et peut-être à Calgary, mais ils ne seront jamais aussi gros que Vancouver ou Toronto», a expliqué Lamb, cité par le Globe and Mail. «Je dois vous dire que ça a été une énorme perte de temps.»

Et bien que Montréal et Calgary aient des installations et des écoles postsecondaires qui pourraient s’avérer attrayantes pour les familles et les étudiants étrangers, les populations asiatiques des deux villes ne sont pas si importantes. En particulier, l’exigence de Montréal de maîtriser l’anglais et le français pour une pleine participation à la société civile et au système économique de la ville constitue un obstacle important à l’entrée.

L’agent montréalais Yu Li travaille principalement avec des clients parlant le mandarin et le cantonais, mais il a expliqué que si beaucoup d’entre eux ont manifesté leur intérêt pour les maisons de luxe de la ville et les immeubles en copropriété nouvellement construits, il ne voit toujours pas de tendance à la hausse significative. dans la proportion des investisseurs asiatiques dans un proche avenir.

A lire  Mis à part les baisses récentes, le Grand Vancouver a toujours les condos les plus chers

«Je ne vois pas de bulle se former. Il faudra encore quelques années avant que cela ne devienne un véritable marché de vendeurs équilibré avec les acheteurs », a déclaré Li, ajoutant que la plupart de sa clientèle est plus attirée par l’abordabilité du marché de l’habitation montréalaise.

Tags
Bouton retour en haut de la page
Fermer