Les courtiers discutent de l’incorporation

Une chronique de l’un des courtiers les plus respectés de l’industrie a attisé le feu des discussions jeudi, encourageant les courtiers à discuter des tenants et aboutissants de la constitution d’une maison de courtage.

«Si vous avez une petite entreprise, disons que vous gagnez 100 000 $ par année avec des pertes prévues et peu de risques juridiques, vous êtes bien mieux en tant qu’entreprise individuelle», a écrit Brian Lambert de Real Mortgage Associates sur MortgageBrokerNews.ca. « Ce n’est qu’après avoir réalisé un revenu plus important dans les centaines de milliers de dollars et peut-être prendre plus de risques que vous devriez penser à vous constituer en société. »

L’article original, «Être ou ne pas être? Incorporated, c’est-à-dire », de Dustan Woodhouse a vanté les avantages de l’incorporation de son entreprise de courtage, qu’il dirige avec succès depuis 23 ans.

«Le report des pertes en avant, le fractionnement du revenu, le nettoyage des radiations et peut-être le plus grand avantage – la stratégie de placement de transfert d’actifs d’entreprise sont tous d’énormes avantages d’avoir inc. statut », a écrit Woodhouse. «Être incorporé est probablement l’élément le plus important de ma propre stratégie de placement pour la retraite. En bout de ligne: soyez incorporé! »

Et bien que les plaisanteries amicales qui s’ensuivent se sont concentrées sur les avantages et les inconvénients de l’incorporation, au moins une lectrice s’est intéressée à enquêter sur l’incorporation pour elle-même.

«J’ai pris l’article de Dustan pour susciter la réflexion et envisager l’incorporation dans le cadre de votre propre stratégie commerciale globale», a écrit Susan Ketler, une conseillère hypothécaire basée en Colombie-Britannique. «Je ne pense pas que Dustan préconise cela comme une solution universelle, mais plutôt quelque chose qui devrait être considéré.

A lire  L'arrêt de l'usine GM pourrait ralentir le marché

«Et bien sûr, avant de prendre cette décision, vous devriez consulter un avocat et un comptable professionnel.»

Tags
Bouton retour en haut de la page
Fermer