Les courtiers expriment leur frustration numéro un à l’ACCHA

Le panel de courtiers de l’ACCHA favorise toujours des discussions sans entraves et honnêtes et cette année n’a pas été différente, plusieurs vétérans ayant appelé les prêteurs à se mettre au travail et à se défendre contre les organismes de réglementation.

«Je ressens une telle obligation de lutter contre la destruction de la productivité dans notre entreprise», a déclaré Croft Axsen de Jencor Mortgage lors de la table ronde des courtiers de l’ACCHA lundi. «Et pourtant, c’est si difficile parce que les prêteurs acceptent simplement ce rôle… C’est allé trop loin. À un moment donné, les prêteurs doivent reprendre leur emploi. »

D’autres membres du panel ont été tout aussi francs en exprimant de réelles préoccupations au sujet de la souscription qui semble parfois sacrifier le bon sens pour la conformité aux lignes directrices.
Le panel comprenait également Kerri Reed, un courtier du Verico Premier Mortgage Center; Mike Lloyd des Centres hypothécaires Dominion Experts canadiens en hypothèques; et Peter Mancini du Centre hypothécaire I Direct Mortgages.

Lorsqu’on lui a demandé l’origine de la frustration de la plupart des courtiers, un panéliste a fait une fouille légère aux prêteurs.

«Pouvons-nous faire en sorte que tous les prêteurs quittent la pièce?» dit Reed, demandé facétieusement au cours de la session du panel.

Une grande partie de la discussion a tourné autour de la réglementation et de son impact sur les prêteurs et, bien sûr, sur les courtiers.

A lire  RBC augmente les taux hypothécaires à terme fixe

Selon Axsen, une chose est que le nouveau gouvernement fédéral devrait prendre du recul et permettre aux prêteurs de déterminer des pratiques de prêt prudentes.

«Les organismes de réglementation devraient laisser les prêteurs être des prêteurs», a déclaré Axsen, soulignant que le BSIF ne devrait pas déterminer comment les prêteurs prêtent leur argent.

Axsen a mené la charge contre l’environnement réglementaire actuel dans la discussion, mais il n’était pas le seul à exprimer des frustrations.

«Il y a beaucoup de frustration. Les clients sont frustrés… les prêteurs sont frustrés. Il y a une certaine incertitude… mais je pense que ce qui fonctionne le mieux, c’est quand tout le monde travaille ensemble », a déclaré Reed. «La réalisation d’un dossier aujourd’hui (prend) beaucoup plus qu’auparavant… c’est un défi.»

Tags
Bouton retour en haut de la page
Fermer