Les espaces de bureaux disponibles à Vancouver affectés par le ralentissement du cycle de développement commercial

Un rapport récent du conseiller et courtier immobilier canadien Newmark Knight Frank Devencore a montré qu’à la fin du quatrième trimestre de 2016, le taux d’inoccupation dans tous les types de bureaux au centre-ville de Vancouver est tombé à 7,5%, ce qui contraste fortement avec le chiffre de 9,6%. l’année précédente.

L’impact a été immédiatement apparent: environ 95% des structures livrées au cours de ce cycle de développement sont presque entièrement louées et les loyers bruts moyens ont grimpé à 41,17 $ le pied carré à la fin des trois derniers mois de 2016.

Et ces mouvements ne montrent aucun signe de ralentissement, selon la British Columbia Real Estate Association.

«La vigueur de l’économie sous-jacente de la Colombie-Britannique, en particulier par rapport au reste du Canada, fait de la Colombie-Britannique une destination très attrayante pour les investissements commerciaux», a déclaré Brendon Ogmundson, économiste de BCREA, cité par BuzzBuzzActualités.

L’indicateur CLI (indicateur avancé commercial) de BCREA – qui prédit les tendances de l’immobilier commercial en Colombie-Britannique, en tenant compte de la santé financière, de l’économie et de l’emploi de la province – a augmenté pour le quatrième trimestre consécutif. Au quatrième trimestre 2016, l’ICM a augmenté de 1,5 point d’indice, à 123,9%.

Début février, un rapport d’Avison Young a révélé que le taux d’inoccupation des bureaux de la région métropolitaine de Vancouver était à son plus bas depuis la fin de 2014, une évolution principalement alimentée par ce que la firme de services immobiliers commerciaux a appelé «des niveaux d’absorption sains».

A lire  Un sondage indique que la majorité des agents immobiliers s'attendent à ce que le COVID-19 réduise les affaires d'au moins 50%

Le taux d’inoccupation dans le centre-ville est tombé à 7,2%. Les responsables d’Avison Young ont attribué cela à un marché résilient.

«Il n’y a pas eu de mouvement significatif des taux de location en 2016 et ils devraient rester assez stables en 2017, bien que de nouvelles baisses du taux d’inoccupation puissent exercer une légère pression à la hausse sur les taux effectifs nets», a déclaré Brian Pearson, directeur général d’Avison Young.

Tags
Bouton retour en haut de la page
Fermer