Les ménages ont maintenant besoin d’un revenu à six chiffres pour s’offrir une maison à Toronto – rapport

Selon la dernière étude menée par la maison de courtage TheRedPin, un ménage aura besoin d’un revenu annuel de plus de 200 000 $ pour assumer le coût d’une maison individuelle à Toronto, dont le prix moyen est maintenant de 1,15 million de dollars.

L’analyse – qui a pris la moyenne des prix des logements entre janvier et juin 2017 et supposé un acompte de 20% avec une hypothèque de 2,99% amortie sur 25 ans – a révélé que les acheteurs potentiels auraient besoin de 150000 $ par an pour vivre confortablement la moitié des 22 municipalités de la région de Toronto.

Le prix moyen d’une maison à Toronto (864 228 $) est abordable pour les acheteurs qui gagnent 147 750 $ par année. Les condos, qui s’inclinent vers l’extrémité inférieure de l’échelle des coûts avec un prix moyen de 576 000 $, exigent un revenu annuel de 92 925 $, a ajouté le rapport de TheRedPin.

Cependant, alors que divers trimestres ont cité la pénurie de logements comme un facteur central des problèmes d’accessibilité de longue date de la ville, un duo d’analystes de Bloomberg a fait valoir que les dernières données du recensement démentent en fait cette notion.

Plus tôt cette semaine, les observateurs des marchés Erik Hertzberg et Theophilos Argitis ont écrit que «la question la plus importante reste de savoir dans quelle mesure la spéculation stimule la demande».

«Idéalement, les fondamentaux tels que la démographie et l’emploi sont en jeu, et les gains de prix reflètent la croissance naturelle des ménages devançant l’offre. Si tel est le cas, le marché devrait éventuellement se stabiliser une fois que la nouvelle offre entrera en jeu », ont expliqué Hertzberg et Argitis. «Une situation dans laquelle les spéculateurs font monter les prix serait beaucoup plus problématique.»

A lire  Les Canadiens n'épargnent pas régulièrement, les versements hypothécaires ne posent aucun problème

«Le recensement de 2016 du Canada, que l’agence statistique publie au coup par coup cette année, donne un aperçu du débat. Les résultats: l’approvisionnement n’est peut-être pas le gros problème que beaucoup de gens pensaient. »

Les données ont révélé qu’entre 2011 et 2016, le nombre total de ménages torontois a augmenté de 146 200 (jusqu’à 2,14 millions). À titre de comparaison, le nombre de maisons nouvellement achevées s’élevait à 175 825 projets.

«En d’autres termes, l’offre de maisons neuves a dépassé la demande réelle des ménages de près de 30 000 au cours de ces cinq années», a déclaré le duo. «Cela jette de l’eau froide sur l’argument – exprimé en particulier par l’industrie – selon lequel la crise de l’abordabilité de la ville ne sera pas résolue à moins que le gouvernement n’introduise des mesures pour aider à augmenter l’offre.

Histoires liées:

Près des 2/3 des marchés locaux restent en «territoire équilibré» – Cooper de DLC

Tags
Bouton retour en haut de la page
Fermer