Les mises en chantier au Canada diminuent en février

Le mois dernier a vu une baisse des mises en chantier, selon de nouvelles données de la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL).

Le taux annuel désaisonnalisé (SAAR) des mises en chantier a totalisé 210 069 unités en février, une baisse de 1,9% par rapport aux 214 031 unités enregistrées en janvier. Les mises en chantier urbaines ont également diminué de 1,9%, passant de 203 220 unités en janvier à 199 304 unités en février. Dans le secteur urbain, les mises en chantier urbaines multiples ont diminué de 6,1% pour s’établir à 146 072 unités, tandis que les mises en chantier urbaines individuelles ont augmenté de 11,9% pour s’établir à 53 232 unités. Les mises en chantier en milieu rural ont été estimées à un taux annuel désaisonnalisé de 10 765 unités.

La mesure SAAR des mises en chantier a basculé au cours des derniers mois: janvier a vu une augmentation de 8,8% par rapport à décembre, mais décembre a enregistré une baisse de 3% par rapport à novembre.

«La tendance nationale des mises en chantier d’habitations a diminué en février, sous l’effet des mises en chantier de logements multiples à tendance plus faible. a déclaré Bob Dugan, économiste en chef de la SCHL. «Les mises en chantier à un ou plusieurs logements à Toronto ont toutes deux affiché une tendance à la baisse, tandis que l’activité à Montréal a diminué en raison de la tendance à la baisse des mises en chantier de plusieurs logements. Cela a compensé une légère hausse à Vancouver, qui fait suite à quatre baisses consécutives dans cette RMR.

A lire  Les agents immobiliers de l'Ontario font un don de plusieurs millions de dollars

Parmi les provinces, la Saskatchewan a enregistré la plus forte baisse en pourcentage des mises en chantier d’un mois à l’autre, passant de 3 270 unités en janvier à 1 966 en février, soit une baisse de 40%. Le Québec a connu la deuxième plus forte baisse en pourcentage au cours de cette période, avec 44 991 en février comparativement à 73 304 en janvier, une chute de 39%.

D’un autre côté, la Nouvelle-Écosse a enregistré la plus forte augmentation en pourcentage entre les mois: un bond de 227% entre les 2 378 mises en chantier en janvier et 7 771 en février. L’Île-du-Prince-Édouard a également enregistré une hausse de pourcentage à trois chiffres, passant de 163%, passant de 429 mises en chantier en janvier à 1 127 le mois dernier.

Parmi les principales régions métropolitaines du pays, Guelph a enregistré la plus forte baisse en pourcentage avec une baisse de 80%, passant de 667 mises en chantier en janvier à 133 le mois dernier. Saguenay a enregistré la deuxième plus forte baisse, avec une chute de 72% à 313 mises en chantier en février, contre 1 117 en janvier.

Les grandes régions métropolitaines qui ont connu l’activité la plus dynamique en matière de mises en chantier au cours des deux premiers mois de l’année comprenaient Halifax (une augmentation de 340% de 1319 en janvier à 5800 en février), Windsor (un pic de 331% par rapport au total de 264 en janvier à 1137 en février). ) et Hamilton (une augmentation de 307% de 1 734 en janvier à 7 061 en février).

A lire  Les symptômes indiquent une crise de type américain imminente - expert

Les données de la SCHL font suite à un rapport publié récemment par Altus Group selon lequel le total des mises en chantier au Canada au cours des années 2010 était pratiquement identique à celui de la décennie précédente. Selon les données du groupe Altus, les mises en chantier ont atteint 201000 unités en moyenne à la fin des années 2010, égalant la deuxième meilleure décennie jamais enregistrée, après les années 1970. La décennie a enregistré le plus faible volume de mises en chantier en 2013, avec un peu moins de 188000 unités, tandis que les mises en chantier les plus élevées de la décennie ont été enregistrées en 2017 à 220000 unités. Les années 2010 ont également été la décennie la plus forte de tous les temps pour les mises en chantier d’appartements, avec environ 92 000 appartements en cours de démarrage et la majeure partie de l’accent étant mis sur les développements d’appartements en copropriété.

«En général, les années 2010 n’ont pas été une période très volatile pour les mises en chantier annuelles totales de logements à l’échelle du Canada», indique le rapport. «En fait, il a été le moins volatil de toutes les six dernières décennies pour le total annuel des mises en chantier.»

Tags
Bouton retour en haut de la page
Fermer