Les propriétaires de maison de la Colombie-Britannique ressentent le plus fortement le poids de la hausse des taux

Dans un nouveau rapport publié plus tôt cette semaine, Environics Analytics a averti que, bien que les propriétaires de maison de la Colombie-Britannique détiennent la valeur nette moyenne la plus élevée du pays (à plus de 1,1 million de dollars), ils supportent également les plus gros fardeaux posés par la croissance des taux d’intérêt.

Les ménages de la Colombie-Britannique ont payé 1 152 $ supplémentaires en intérêts l’an dernier. C’était le double de la moyenne canadienne globale.

Cela a également accompagné la croissance de la dette de la Colombie-Britannique de 8,5% en 2017, soit plus du double de la moyenne nationale de 4,5%.

«L’effet des hausses de taux d’intérêt en 2017 se traduit par un versement hypothécaire supplémentaire par ménage, quel que soit l’endroit où il vit. Il se trouve qu’à Vancouver, les ménages ont déjà des niveaux de prêts hypothécaires beaucoup plus importants », a déclaré Peter Miron, vice-président principal de la recherche et du développement d’Environics Analytics. CBC News.

En savoir plus: Les marchés de la Colombie-Britannique prennent la tête de la croissance des prix des logements nationaux

En moyenne, la valeur nette nationale a augmenté de 8,5% l’an dernier, pour atteindre près de 808 000 $. Cependant, Miron a déclaré que la plupart des gains étaient bloqués dans des actifs tels que l’immobilier.

A lire  Le coût de la perte de contact avec les clients

Dans le même temps, la dette nationale moyenne des ménages a augmenté de 4,5%, tandis que le ratio moyen des intérêts débiteurs / revenu a grimpé à 6,4%, marquant la première augmentation en une décennie.

«L’histoire générale de cette année est que les Canadiens n’ont jamais été aussi riches mais, en même temps, ils ne se sont jamais sentis plus pauvres», a déclaré Miron.

«L’immobilier monte, les liquidités augmentent décemment, leurs retraites sont en hausse, tout sur leur bilan a l’air bien mais, tout d’un coup, quand on regarde ces taux d’intérêt en hausse, cela va commencer à pincer leur trésorerie et c’est va les laisser avec moins d’argent à la fin de l’année. »

Tags
Bouton retour en haut de la page
Fermer