Les solutions des agents immobiliers pour rester productif et sain d’esprit

Les agents immobiliers et les courtiers en prêts hypothécaires ont l’habitude de jouer dans la même équipe, mais jamais autant qu’on le voit aujourd’hui. La bataille contre le COVID-19 (et l’isolement, l’ennui et l’agitation) a lié les agents et les courtiers dans un «Oh, nous sommes tout dans cet ensemble »une manière qui dépasse la courtoisie professionnelle. Les circonstances sont regrettables, mais la réaction intensément coopérative du secteur immobilier ne l’est certainement pas.

MBN s’est entretenu avec des agents immobiliers de tout le pays pour savoir comment ils dirigent les affaires et, plus important encore, comment ils restent sains d’esprit alors que le pays se rend compte que la crise du COVID-19 en est encore à ses débuts.

Comment faites-vous évoluer votre entreprise pendant COVID-19?

Sahil Jaggi, RE / MAX Realtron Realty (Mississauga, ON): Il y a une certaine insécurité dans nos emplois car nous sommes à 100% de commission, donc sans projections ni réunions, il est difficile pour les agents d’être aussi productifs. Je me suis beaucoup concentré sur l’organisation de mes systèmes CRM et de ma comptabilité. C’est aussi un bon moment pour vous renseigner avec des bébiniers, des podcasts, des livres, etc.

Anthony Brown, Royal LePage Atlantic (Halifax, N.-É.): J’adore apprendre, alors j’en lis beaucoup et je fais un webinaire ou une activité de formation en ligne chaque jour. J’ai également fait des exercices de cartographie commerciale.

Patty Mack, RE / MAX Camosun (Victoria, Colombie-Britannique): Je me suis auto-isolé, mais je reste en contact avec les clients par e-mail, SMS et appel, juste pour toucher la base et dire bonjour. Fournir des visites virtuelles, Docusign et l’échange de fichiers électroniques est essentiel jusqu’à ce que les experts de la santé nous disent que nous pouvons revenir à la normale. Nous sommes un service essentiel et devons faire preuve de leadership dans cette crise. Nous devons tous faire notre part pour surmonter cette courbe.

David Fleming, Bosley Real Estate (Toronto, ON): J’écris trois blogs par semaine depuis 2007, et je ne vais pas changer cela maintenant. Je continue à produire du nouveau contenu, et même à faire ma vidéo «Pick5» tous les jeudis, même s’il n’y a pas beaucoup de nouvelles listes, car je sais que les gens sont affamés de contenu et pourraient être fatigués de Netlfix.

A lire  Le Canada salue la hausse des taux de la Réserve fédérale américaine

Paul Roussel, RE / MAX Escarpment Woolcott Realty (Burlington, ON): Nous maintenons la communication avec nos clients actuels et passés, ainsi que nos «appels chaleureux» aux prospects de notre base de données. Notre message a moins à voir avec l’immobilier que le soutien à notre communauté et à offrir de l’aide de toutes les manières possibles. Nous énumérons toujours des maisons et, étonnamment, elles obtiennent des expositions et même vendent. Nous n’avons pas vu une forte baisse des prix, mais cela prend certainement un peu plus de temps à vendre que le marché de nos vendeurs fous au cours des 2 premiers mois de l’année.

Tarek El Attar, RE / MAX Affiliates Realty (Ottawa, ON): Nous avons toute notre équipe administrative et ISA travaillant à domicile, nous avons donc adopté une approche centrée sur la communauté pour notre marketing, en intégrant des éléments comme les projections 3D.

AJ Hazzi, Vantage West Real Estate (Kelowna, Colombie-Britannique): Nous avons déplacé nos réunions dans le domaine virtuel via Zoom, avons mis au point les dernières techniques vidéo et incorporons maintenant des vidéos interactives. COVID-19 nous a également obligés à examiner de près les dépenses fixes de notre entreprise.

Comment restez-vous sain d’esprit pendant COVID-19?

Patty Mack: Comme la plupart des gens, nous avons simplifié notre vie et restons à la maison. Nous nous isolons après avoir été à l’extérieur du pays et tous nos enfants restent également à la maison. Nous avons été en contact plus étroit que d’habitude, avec beaucoup de chats vidéo et de réunions familiales Zoom. Il est si important de prendre les directives et les restrictions au sérieux. Il est obligatoire que nous nous auto-isolions et maintenions la distance sociale.

Tarek El Attar: Chaque jour est traité comme une journée de travail. Il est essentiel que les professionnels de l’industrie aient un beau bureau à domicile – un espace dans lequel ils peuvent entrer et entrer véritablement dans leur zone de travail en un temps comme celui-ci. J’ai des livres sur le pouce et je suis également trois programmes universitaires différents en négociation, leadership et développement immobilier commercial. C’est une opportunité de grandir et d’évoluer, comme l’a dit Winston Churchill, ne jamais laisser une bonne crise se perdre.

A lire  Rapport sur les mises en chantier à l'échelle du pays

Sahil Jaggi: L’exercice a été vraiment utile. Je rentre à la maison et je fais du vélo tous les jours. Les podcasts et Audible ont été formidables. J’ai également profité de ce temps pour renouer avec certains anciens clients.

David Fleming: Le maintien d’une routine est la clé. En tant qu’agents immobiliers, nous sommes habitués à notre horaire quotidien, qui est souvent réglementé, et implique un blocage de temps. Rester à la maison avec la famille et prendre la journée comme elle vient à vous est une recette pour l’ennui, la frustration et un sentiment de déplacement. J’essaie de travailler dans mon bureau de 9 h à 13 h, puis je passe du temps avec les enfants, puis je retourne travailler un peu plus l’après-midi et de nouveau tard le soir, ce qui est généralement le moment où je fais des offres, des listes présentations ou projections.

Anthony Brown: Revenir à l’essentiel a aidé. Des choses comme un bon sommeil, de l’exercice quotidien, une bonne alimentation, boire beaucoup d’eau et méditer font vraiment une différence.

AJ Hazzi: J’utilise ce temps pour produire du contenu pour les agents immobiliers et le public. C’était aussi agréable d’être à la maison pour passer du temps avec notre fille de six mois (même si ma femme dirait que j’ai été au téléphone ou en conversation avec Zoom 24 heures sur 24). Je peux vous dire cela, je ne me suis pas ennuyé.

Paul Roussel: J’ai trois enfants (8, 6, 2) donc ma maison peut parfois ressembler à un zoo, mais ma femme et moi essayons de maintenir la structure à leur époque. Nous sortons juste devant notre maison ou nous nous promenons dans le pâté de maisons juste pour prendre l’air. Nous faisons très attention à garder nos distances avec tout le monde. En fait, nous n’autorisons aucun visiteur pendant cette période, même les grands-parents. C’est difficile pour tout le monde. D’un autre côté, ça a été agréable de passer beaucoup de temps avec ma femme et mes enfants. Nous devons simplement éviter de tomber dans l’abîme iPhone / iPad.

Tags
Bouton retour en haut de la page
Fermer