Les solutions potentielles doivent distinguer les types d’investisseurs étrangers – analyse

Bien que plusieurs observateurs aient suggéré des solutions possibles à la crise de l’abordabilité qui sévit dans les marchés du logement les plus en demande au Canada, toute mesure visant à résoudre le problème doit faire la distinction entre les types d’investisseurs étrangers, selon un analyste de l’industrie.

Dans son blog pour Entreprise HuffPost Canada, l’avocat et journaliste Ike Awgu a déclaré que les investisseurs étrangers – un secteur qui a été blâmé par divers milieux pour la hausse constante des coûts immobiliers à Vancouver et à Toronto – ne sont pas une entité monolithique qui achète et utilise des maisons canadiennes de la même manière.

«L’expression« investisseurs étrangers »ressemble beaucoup au mot« sports »- le golf et le combat ultime sont tous deux considérés comme des« sports »mais radicalement différents; l’un peut vous laisser avec une blessure mortelle, l’autre avec un coup de soleil », a déclaré Awgu.

«Un blanchisseur d’argent et un riche entrepreneur étranger peuvent tous deux être considérés comme des« investisseurs étrangers »avec des résultats tout aussi disparates. Un grand nombre des premiers (blanchisseurs d’argent) s’infiltrent dans un système financier canadien poreux pour acheter des biens immobiliers à Vancouver et à Toronto et ont contribué à des prix des logements incontrôlables dans les deux villes », a expliqué l’analyste.

A lire  Les restrictions de licence de pot pourraient affecter le segment commercial de l'Ontario

Awgu a noté que même un examen rapide de la situation révélerait que si une grande proportion d’acheteurs étrangers ayant accès à des sommes énormes sont légitimement riches, d’autres ont accumulé leur richesse par des moyens peu éthiques.

«Des villes comme Vancouver sont devenues des endroits où les fonctionnaires chinois corrompus peuvent afficher ouvertement leur argent. L’argent qui, à la base, représente un vol de richesse au peuple chinois, dont la majorité a encore un revenu moyen d’environ 10 000 dollars canadiens par an – soit un cinquième de ce que gagne le Canadien moyen », a écrit Awgu, ajoutant que le Le climat actuel d’inaction du gouvernement paralyse non seulement les acheteurs potentiels canadiens, mais aussi les ressortissants chinois.

«Nous fermons les yeux sur le vol massif de richesses des pauvres de l’autre côté du monde – et pour la plupart, nous le faisons exprès», a-t-il déclaré.

Tags
Bouton retour en haut de la page
Fermer