L’impact de la croissance économique sur le logement plus profond que prévu

Même une augmentation de 1% seulement de la croissance économique augmenterait le revenu par personne du Canada de plus de 19 000 $ – ce qui serait de bon augure pour le pouvoir d’achat et l’activité sur le marché de l’habitation.

Dans sa nouvelle analyse, le groupe de réflexion indépendant sur les politiques publiques Fraser Institute a déclaré qu’un taux de croissance économique annuel de 3% injecterait environ 45 150 $ dans le revenu par personne du Canada après 20 ans, pour un total de 105 029 $.

«Une croissance économique accrue signifie une amélioration du niveau de vie des Canadiens, de sorte que la croissance économique demeure un problème qui mérite une attention particulière», selon Steven Globerman, chercheur principal de l’Institut Fraser, qui a également été rédacteur en chef de l’étude intitulée Les coûts d’une croissance économique lente.

«Étant donné l’importance de la croissance économique pour le revenu des ménages au Canada et pour réduire les conflits sociaux et politiques, les décideurs devraient donner la priorité à une croissance économique plus rapide», a-t-il ajouté.

De 2011 à 2018, le PIB canadien a augmenté à un taux annuel moyen de 2,17%. Cela représentait une légère décélération par rapport à la moyenne d’environ 3% observée de 2001 à 2010.

Un rapport récent du portail d’information sur l’immobilier Zoocasa a indiqué que jusqu’à 91% des Canadiens croient que les prix des logements sur leurs marchés locaux ont augmenté plus rapidement que le revenu moyen.

A lire  La croissance des prix à Montréal pourrait bientôt dépasser le rythme de Vancouver

De plus, 92% des répondants de Zoocasa ont déclaré que cette croissance des prix a rendu presque impossible pour le Canadien moyen d’accéder à la propriété. Plus de quatre Canadiens sur cinq (84%) considèrent l’immobilier comme un enjeu économique et politique crucial, et 78% soutiennent que, quel que soit le parti qui remporte les élections fédérales, devrait donner la priorité absolue à l’abordabilité du logement.

Tags
Bouton retour en haut de la page
Fermer