L’industrie vient à la défense de l’un de ses principaux prêteurs

Les courtiers remettent en cause un rapport sur l’un de leurs principaux partenaires, à la suite d’un article alléguant qu’il a vendu des hypothèques pour améliorer son bilan.

«La pratique de vendre des prêts hypothécaires en défaut à des tiers est une pratique très ancienne (des décennies) très légale (lire le contrat hypothécaire) et un droit très fréquemment exercé par tout détenteur d’hypothèque, qu’il s’agisse de Home Trust ou d’un prêteur privé,» Ron Butler , a écrit un courtier de Butler Mortgage dans la section des commentaires de MortgageBrokerNews.ca. «Nous avons vendu nos propres prêts hypothécaires à des tiers et, dans tous les cas, nous les avons vendus à des entreprises et des particuliers associés à des cabinets d’avocats qui avaient l’expertise pour exécuter des actions de point de vente et épargner ces frais pour nous-mêmes et nos investisseurs.

«C’est un système bien établi qui fonctionne, qui est légal et qui aide les détenteurs de prêts hypothécaires en défaut dans leurs opérations courantes.»

Le site Web d’investissement Seeking Alpha a allégué plus tôt cette semaine que Home Trust avait transféré des prêts à une société appelée Re-Charge Corporation, qui serait partiellement contrôlée par l’un des membres du conseil d’administration de Home Capital.

«Nous émettons l’hypothèse que la seule raison logique pour un prêteur en manque de croissance de transférer des prêts hors bilan est de cacher les prêts improductifs», a écrit l’auteur du rapport, qui s’appelle The Friendly Bear.

Les actions de Home Capital ont chuté de 6,9% à 25,90 $ à la suite du rapport, selon Baystreet.ca.

A lire  Condo King Charlotte enregistré par la ville de Toronto

Le rapport avait certains dans l’industrie appelant à la faute sur l’auteur anonyme, alléguant qu’il – ou elle – l’a écrit dans une tentative d’influer sur le cours de l’action de Home Capital.

«La personne qui a rédigé le rapport veut se cacher derrière un pseudonyme assez évident pour la protéger d’éventuelles poursuites judiciaires», a écrit le commentateur Tony Colalillo. « L’ours » implique que l’éditeur peut être de mèche avec d’autres traders « short side » pour tenter de lancer un raid baissier sur l’action de Home Trust. « 

Pour sa part, Home Capital a répondu aux allégations et a affirmé que la vente de prêts à des tiers était une pratique commerciale normale et qu’elle n’avait vendu aucun prêt à des tiers depuis septembre 2015.

Tags
Bouton retour en haut de la page
Fermer