L’inflation augmente

L’inflation a augmenté à son rythme le plus rapide en décembre depuis la fin de 2014. Le chiffre du mois dernier a également suivi une augmentation de 1,4 pour cent d’une année à l’autre en novembre, selon le dernier indice des prix à la consommation de l’agence.

Le chiffre est sorti alors que l’économie subit les effets de la forte baisse des prix des produits de base et du pétrole, qui ont également contribué à faire baisser le taux de change du Canada. La baisse du huard devrait faire grimper les coûts des marchandises importées.

Le rapport indique que les prix des fruits frais ont augmenté de 13,2% le mois dernier par rapport à un an plus tôt, tandis que les légumes frais ont augmenté de 13,3%.

Le prix de la laitue a bondi de 21,8 pour cent.

Dans l’ensemble, les consommateurs ont dépensé 3,7% de plus en nourriture le mois dernier que l’année précédente.

En plus des prix plus élevés des produits, les Canadiens payaient également beaucoup plus pour l’assurance habitation et hypothécaire, les automobiles et l’électricité par rapport à un an plus tôt, selon le rapport.

L’agence a déclaré que la baisse des prix de l’essence, du gaz naturel et du mazout a exercé une pression à la baisse sur l’inflation. Les prix de l’essence ont baissé de 4,8% par rapport à décembre 2014, tandis que le gaz naturel a diminué de 12,9% et le mazout de 16,8%.

A lire  Le marché du logement de Victoria plane dans un état plus vulnérable - rapport

Mais la baisse du prix de l’énergie a quelque peu ralenti, ce qui a permis à l’inflation globale de grimper, a déclaré Dawn Desjardins, économiste en chef adjointe de RBC.

«Nous savions tous qu’il y aurait un poids énorme sur ce taux de couverture à cause de l’énergie et nous voyons maintenant un certain soulagement de cela», a déclaré Desjardins.

« C’est en quelque sorte de suivre le scénario, si vous voulez, de ce que recherchaient les prévisionnistes. »

Pour aider à expliquer l’effet de refroidissement de l’inflation, certains analystes ont également souligné la forte baisse mensuelle du prix des vêtements et des chaussures, qui a chuté de 5,2% de novembre à décembre.

Mais à l’avenir, l’économiste principal de la Banque Nationale Matthieu Arseneau prévoit que les acheteurs continueront de faire face à des prix plus élevés pour les produits importés dans de nombreuses catégories.

«Malgré la faiblesse des prix de l’énergie, nous ne nous attendons pas à ce que les consommateurs canadiens obtiennent un peu de répit, car la plongée dans la devise devrait être une compensation importante», a écrit Arseneau dans une note aux clients.

Par région, Statistique Canada a constaté que les prix à la consommation ont augmenté dans chaque province le mois dernier par rapport à l’année précédente, la Colombie-Britannique enregistrant la plus forte hausse.

Le taux d’inflation de base, qui exclut certains éléments volatils tels que l’essence, a augmenté de 1,9% le mois dernier, passant sous la barre des 2% pour la première fois depuis juillet 2014. Le taux de base est suivi de près par la Banque du Canada.

A lire  La force du logement est maintenant concentrée en Ontario, selon les données

Statistique Canada a également publié son examen de fin d’année pour 2015, qui montrait que l’augmentation annuelle moyenne de l’inflation au pays était de 1,1%.

L’inflation sous-jacente a connu une augmentation annuelle moyenne de 2,2% l’an dernier, atteignant son niveau le plus élevé lors d’un examen de fin d’année depuis 2003.

Statistique Canada a également publié vendredi des données contenant des chiffres prometteurs sur l’état de l’économie: les ventes au détail ont augmenté de 1,7% en novembre par rapport au mois précédent.

L’augmentation est survenue au cours d’un mois qui a présenté des promotions du Black Friday et une augmentation des ventes chez les concessionnaires automobiles neufs. Ils ont tous deux contribué à porter le chiffre total des ventes au détail à 44,3 milliards de dollars.

À titre de comparaison, les ventes au détail n’ont augmenté que de 0,1% en octobre et se sont contractées de 0,3% en septembre.

«Nous avons examiné une économie qui a un peu ralenti en septembre et en octobre», a déclaré Desjardins avant de signaler d’autres chiffres économiques positifs qui ont été publiés pour novembre, comme les ventes manufacturières et le commerce de gros.

« Je pense que c’est très encourageant que nous ayons vu une telle augmentation de l’activité. »

Andy Blatchford
LA PRESSE CANADIENNE

Tags
Bouton retour en haut de la page
Fermer