L’Ontario et la Colombie-Britannique voient une demande multifamiliale constante au milieu du COVID-19

Malgré les pressions pandémiques, la demande d’actifs multifamiliaux continue de persister en Ontario et en Colombie-Britannique, selon la Société canadienne d’hypothèques et de logement.

La SCHL a déclaré que cela avait aidé à compenser le ralentissement considérable de la construction de maisons neuves en mars, qui était en grande partie dû à l’impact économique de la pandémie du COVID-19.

Si l’on ne tient pas compte du Québec, qui n’a repris la construction résidentielle qu’à la fin avril, la tendance des mises en chantier au Canada était de 155 995 unités au cours de ce mois, contre 153 463 unités en mars.

Les données de la SCHL ont montré que l’Ontario représentait la plus grande partie de ce volume avec 93 628 mises en chantier en avril, en hausse de 42% d’un mois à l’autre. La Colombie-Britannique arrive en deuxième position avec 27 767 mises en chantier, après avoir chuté de 10% par rapport à mars.

À l’opposé, le taux de construction de maisons neuves en Alberta a chuté de 28%, même si le nombre réel de mises en chantier dans la province en avril était de 23 262 unités.

Pourtant, la tendance nationale des mises en chantier pourrait bénéficier de l’environnement actuel des taux d’intérêt, du moins pour le moment.

A lire  Le DLC honore le courtier décédé

Le groupe Altus a récemment déclaré que la décision de la banque centrale canadienne de réduire les taux à court terme pourrait constituer un tampon important contre les pires effets du coronavirus.

«La Banque du Canada [chopped] l’objectif du taux au jour le jour d’un point de pourcentage total cumulé dans une réduction programmée et une réduction «d’urgence» en moins de 10 jours. Cela a provoqué une baisse des taux hypothécaires variables d’environ 70 points de base en moyenne (pour une durée de 5 ans) », a déclaré Altus Group.

Tags
Bouton retour en haut de la page
Fermer