L’utilisation des frais d’annulation par l’industrie révélée

Les résultats sont là et le nombre de courtiers qui facturent des frais d’annulation – présentés comme la meilleure protection contre les acheteurs de tarifs – peut vous surprendre.

Un débat sain s’est ensuivi sur MortgageBrokerNews.ca au sujet de l’utilisation des frais d’annulation, les courtiers des deux camps fournissant des arguments convaincants. Mais un nouveau sondage MortgageBrokerNews.ca quantifie à quel point son utilisation est répandue.

Selon un récent sondage MortgageBrokerNews.ca, 77% des courtiers refusent de facturer des frais d’annulation.

Parmi les personnes interrogées, 12% ont admis les utiliser en règle générale, tandis que 11% le font dans certains cas.

Le faible pourcentage de courtiers utilisant l’outil, présenté comme le meilleur moyen d’empêcher les acheteurs de taux de sauter le navire une fois qu’ils ont une lettre d’engagement à présenter à une banque, peut surprendre ses partisans.

«Mes frais de pénalité sont de 1%. Mais avant de l’inclure dans le contrat, je m’assure que tout est couvert et une chose importante est la pénalité du prêteur », a écrit Walid Hammami, un courtier québécois des Centres hypothécaires Dominion, sur MortgageBrokerNews.ca. «Cette clause de pénalité me fait gagner beaucoup de temps; Je l’utilise pour filtrer les clients. »

La grande majorité des courtiers souscrivent à une pensée différente.

A lire  Teranet Inc. lance un nouveau site Web, l'image de marque de l'entreprise

«Je comprends que l’entreprise a radicalement changé et que les acheteurs de tarifs vous feront perdre votre temps. Cependant, ces clauses d’annulation ne sont pas correctes », a écrit Jim Tourloukis, un courtier chez Verico Advent Mortgage, sur MortgageBrokerNews.ca. «Si quelqu’un veut aller ailleurs, pas de chance, agent hypothécaire.»

Pourtant, la plupart des acteurs de l’industrie sont libres de décider de mettre en œuvre ou non une politique de frais d’annulation. Mais au moins un grand super courtier ne permet pas à ses courtiers de les facturer.

«Aucun de nos courtiers ne le fait, donc ce n’est vraiment pas un problème pour nous», a déclaré Cameron Strong, PDG d’Invis Mortgage Intelligence, à MortgageBrokerNews.ca. «Nous ne croyons pas en cela – si vous n’obtenez pas l’accord, vous ne le faites pas et vous passez à la suivante. Il y a tellement d’affaires que les courtiers ne cessent de bouger; ils sont tellement occupés.

Tags
Bouton retour en haut de la page
Fermer