MCVD, refinancement ou deuxième hypothèque ?

La valeur nette que vous avez accumulée dans votre maison peut être utilisée de plusieurs façons.  Que vous envisagiez de rembourser votre dette à intérêt élevé ou d’apporter des améliorations importantes à votre maison, il est naturel de considérer votre plus gros actif comme un moyen de financer certaines des obligations financières les plus importantes de votre vie.  Si vous envisagez d’utiliser une partie de vos capitaux propres, il y a plus d’une façon de l’aborder.  Vous pouvez choisir de contracter une Marge de Crédit sur Valeur Domiciliaire (MCVD), vous pouvez obtenir une deuxième hypothèque, ou vous pouvez refinancer votre hypothèque existante et empocher de l’argent comptant.

Chaque méthode comporte son propre ensemble de règles et d’avantages.  Tandis que l’une d’elles pourrait être logique pour une personne ayant un crédit intacte et un montant exact dans sa tête de ce qu’elle doit retirer, une autre pourrait être logique pour quelqu’un qui n’est pas sûr de combien d’argent il a encore besoin, et qui pourrait souffrir des taux élevés des prêteurs.  Tenez compte de tous ces faits avant d’opter pour votre méthode de prêt.

Marge de Crédit sur Valeur Domiciliaire (MCVD)

Les MCVD ont de nombreux avantages, comme le fait de pouvoir prendre jusqu’à 65 % de la valeur de votre maison, d’avoir une marge de crédit que vous pouvez retirer au besoin et même d’être en mesure de payer uniquement les intérêts.  Les MCVD ont aussi l’avantage supplémentaire qu’il n’y a pas de frais à payer.  Vous n’avez besoin que de 20 % de capitaux propres pour retirer ce montant, et vous rembourserez un taux variable plus la prime.

En général, vous devez également avoir une cote de crédit minimale d’au moins 650 pour être admissible à une MCVD, bien que les prêteurs B puissent offrir des solutions plus concurrentielles.

A lire  Qu'est-ce que la consolidation de dettes?

Le meilleur cas d’utilisation d’une MCVD serait si vous n’êtes pas sûr du montant de vos coûts.  Si vous effectuez des rénovations, les coûts pourraient s’avérer plus élevés que ce que vous aviez prévu au départ.  Une MCVD est un excellent moyen de vous assurer d’avoir suffisamment d’argent à votre disposition sans avoir à en retirer plus que ce dont vous avez réellement besoin.

Refinancement

Si vous savez exactement de combien d’argent vous avez besoin, alors un refinancement pourrait être l’option ou vous.  Comme la MCVD, vous n’avez besoin que de 20 % de la valeur nette de votre maison, mais vous pouvez avoir accès à jusqu’à 80 % de la valeur de votre maison.  Vous devez également avoir le même pointage de crédit d’au moins 650 pour être admissible auprès d’un prêteur de catégorie A. Vous obtenez un paiement forfaitaire important au lieu d’une marge de crédit renouvelable, et vous avez l’option d’obtenir un taux fixe ou un taux variable.

Les plus grandes différences commencent par la façon dont l’intérêt est calculé.  Sur une MCVD, vous ne payez que l’intérêt sur ce que vous retirez, tandis qu’un refinancement vous facture l’intérêt sur l’ensemble du prêt.  Vous n’allez pas nécessairement passer par votre prêteur hypothécaire existant, vous pouvez également aller à de grandes banques et des prêteurs de premier ordre pour votre refinancement.

L’option de refinancement comporte également des frais et des pénalités : des pénalités de remboursement anticipé pouvant aller jusqu’à 3 mois d’intérêts.  Le montant que vous paieriez sur votre prêt comprendrait les intérêts et le capital.  Si vous pensez qu’il s’agit d’un facteur dissuasif, considérez également que votre paiement mensuel pourrait être inférieur dans le cas d’un refinancement.  C’est une bonne option pour ceux qui prennent de l’argent pour une dépense importante comme l’éducation d’un enfant.

A lire  Puis-je utiliser un prêt personnel pour rembourser mes prêts étudiants?

Deuxième hypothèque

Une deuxième hypothèque est une troisième option si vous ne pensez pas être admissible aux autres options.  Si vous avez moins de 20 % de la valeur nette de votre maison ou si votre pointage de crédit est inférieur à 650, il est fort probable que vous deviez contracter une deuxième hypothèque.  10 % de la valeur nette de la maison et une cote de crédit de 550-700 est parfois tout ce dont vous avez besoin pour obtenir le prêt des sociétés de fiducie et des prêteurs privés.

Les prêts hypothécaires de deuxième rang comprennent les frais d’évaluation, les frais juridiques, les frais d’auto-assurance du prêteur et les frais hypothécaires.  Vous avez également des intérêts qui courent sur le prêt intégral.  Vous pouvez emprunter jusqu’à 90 % de la valeur de votre maison.  Elle peut sembler moins attrayante que les autres options, mais elle peut vous rapporter de l’argent si vous en avez besoin.  Une deuxième hypothèque pourrait être avantageuse pour ceux qui ont actuellement une dette de carte de crédit à taux d’intérêt élevé et une cote de crédit plus basse à cause de cela.  Vous pourriez contracter une deuxième hypothèque pour effacer la dette renouvelable et consolider vos paiements en une seule au lieu de plusieurs.

De plus, il est important de noter que, comme pour un refinancement, vous devez payer votre deuxième hypothèque en même temps que votre hypothèque existante.

Il s’agit de trois exemples que vous pouvez utiliser pour accéder à une partie de la valeur nette de votre maison.  Même s’il y a beaucoup d’autres options créatives, nous voulions juste vous faire connaître celles qui sont les plus répandues.  Afin de savoir ce qui est le mieux pour vous, vous devez examiner attentivement votre situation, pourquoi vous avez besoin du prêt et où se situe votre pointage de crédit actuel.

Bouton retour en haut de la page
Fermer