Mise à jour quotidienne du marché

Augmentation des permis de construire

De nouveaux chiffres de Statistique Canada montrent que les entrepreneurs ont obtenu des permis de bâtir d’une valeur de 8,0 milliards de dollars en juin, en hausse de 13,5% par rapport à mai. L’augmentation de juin était principalement attribuable à la hausse des intentions de construction de bâtiments institutionnels et industriels au Québec et de bâtiments commerciaux en Alberta. Dans le secteur résidentiel, la valeur des permis a légèrement augmenté de 0,4% pour s’établir à 4,2 milliards de dollars, une quatrième hausse mensuelle consécutive. Les intentions de construction de logements multifamiliaux ont diminué de 6,0% pour s’établir à 1,7 milliard de dollars en juin. Cette baisse est survenue à la suite de trois hausses mensuelles consécutives et était principalement attribuable à une baisse des intentions de construction dans l’Ouest canadien. À l’inverse, l’Ontario, la Nouvelle-Écosse et le Québec ont affiché des gains. À l’échelle nationale, le nombre de permis délivrés pour les habitations multifamiliales a diminué tandis que la demande de maisons unifamiliales a augmenté.

Les experts ont besoin de plus de données – mais qui va les fournir?

Le manque de données empêche les experts de prédire ce qui pourrait arriver sur le marché immobilier canadien. Alors que certains analystes prévoient une correction du marché depuis un certain temps, cela ne s’est pas produit jusqu’à présent. Les données officielles ne racontent qu’une partie de l’histoire et pour faire des prédictions réalistes et précises, les experts demandent des informations telles que le niveau de la dette hypothécaire par rapport au revenu des ménages et des statistiques sur les prêts à haut risque. On craint que les données provenant de sources officielles proviennent souvent de ceux qui ont pour mission de donner une bonne idée des chiffres et que les publications surviennent plusieurs semaines après les faits. Bien que la SCHL publie maintenant plus de données, StatsCan réduit ses dépenses et les banques et autres institutions gardent souvent l’information pour elles-mêmes. Le consensus parmi les experts est que nous avons besoin de données plus détaillées sur davantage d’aspects de l’économie et du marché du logement; mais qui va le fournir? Lisez l’histoire complète.

A lire  La plateforme de vente de maisons de NA poursuit son expansion au Canada

Le chef des investissements dit que nous sommes dans une «bulle immobilière importante»

Un expert en placement basé à Toronto dit que nous sommes dans une bulle immobilière et que nous prévoyons une forte correction. James Hodgkins, directeur des investissements chez CHS Asset Management, affirme que si et quand les taux se situent dans une fourchette plus normale de 3 ou 4%, la propriété sera surévaluée de 50% sur un ratio prix / loyer. Il dit que les banques sont surchargées en raison des valorisations, mais aussi en raison de l’étirement de l’endettement des consommateurs. Lisez l’histoire complète.

Tags
Bouton retour en haut de la page
Fermer