Part croissante du revenu des ménages consacrée au service de la dette

La dette représente maintenant une part croissante du revenu des ménages canadiens, selon Statistique Canada.

Environ 14,9% de son revenu disponible est utilisé par le ménage moyen pour assurer le service de la dette, a déclaré StatsCan dans son récent rapport.

Cela faisait suite à la dernière lecture de l’agence sur les niveaux d’endettement des ménages nationaux. Au cours de la période d’octobre à décembre 2018, les Canadiens devaient payer une moyenne désaisonnalisée de 1,79 $ pour chaque dollar de revenu disponible, en hausse par rapport à 1,78 $ au trimestre précédent.

L’économiste de RBC, Josh Nye, a averti que l’incidence de cet endettement persistera probablement dans un avenir prévisible.

«Il faudra une longue période de revenus des ménages surpassant la croissance du crédit pour apporter une amélioration significative du ratio dette / revenu», a écrit Nye dans une note client, citée par GlobalNews.ca. «Nous ne voyons pas encore cela.»

Les volumes de dette se sont fait sentir dans la baisse de l’activité d’emprunt des ménages, qui a chuté de 19,5% par an à la fin de 2018 pour atteindre son plus bas niveau depuis 2014.

Une recherche de BMO a également révélé que 7,3% du revenu des Canadiens est utilisé pour payer les frais d’intérêt, le ratio le plus élevé en neuf ans.

A lire  Le gouvernement fédéral financera un nouveau projet de logement locatif à Toronto

Lire la suite: Le taux d’insolvabilité des consommateurs continuera de croître – ACPIR

Au cours du dernier trimestre de 2018, la valeur nette des ménages canadiens a diminué de 2,8%, pour une baisse totale de 304 millions de dollars. Il s’agit de la plus forte baisse (en termes de valeur en dollars) observée jusqu’à présent, a déclaré Nye.

Une part importante de cet affaiblissement provient d’un marché national du logement considérablement ralenti par les règles du B-20 introduites au début de l’année dernière. La valeur globale de l’immobilier résidentiel a baissé de 1,4%, se retrouvant au niveau trimestriel le plus faible depuis 2008.

La baisse des prix des maisons signifie que les propriétés résidentielles «ne fourniront pas l’augmentation de richesse qu’elles ont eue ces dernières années», a averti Nye.

Tags
Bouton retour en haut de la page
Fermer