PDG de DLC sur l’année record de l’entreprise

Pour le fondateur et PDG de Dominion Lending Centers (DLC), Gary Mauris (photo), l’un des facteurs les plus importants pour aider l’entreprise à surmonter la première tempête de la pandémie de COVID-19 a été la qualité de sa communication.

DLC ayant récemment annoncé sa meilleure performance jamais enregistrée en termes de volumes de prêts hypothécaires financés – environ 51,5 milliards de dollars tout au long de 2020 – Mauris a déclaré que son action rapide au nom des consommateurs et du personnel s’était avérée cruciale au cours de ces premiers mois.

« DLC a fait un très bon travail de communication », a-t-il déclaré à Mortgage Broker News. « Nous parlions instantanément avec toutes nos équipes et nos agents d’informer leurs bases de clients qu’il y avait une certaine incertitude – mais nous avions déjà traversé des moments difficiles et nous allions y naviguer. »

Les revenus de l’entreprise ont atteint un niveau record de 52,4 millions de dollars pour l’ensemble de 2020, soit une augmentation de 17 % par rapport à l’année précédente, ce qui n’est pas une mince affaire en pleine pandémie. Mauris a déclaré que le DLC et l’industrie dans son ensemble s’étaient mobilisés pour fournir des services et rassurer les Canadiens pendant les premiers mois incertains de la pandémie.

Lire la suite: « C’est 100% fake news » – Cinq questions avec le PDG de DLC Gary Mauris

« En mars et avril de l’année dernière, chaque institution financière avait des milliers de consommateurs dans la file d’attente, cherchant soit à reporter les versements hypothécaires, soit à obtenir des réponses à leurs questions sur ce qui se passerait s’ils perdaient leur emploi », a-t-il déclaré.

A lire  L'immobilier représente une part plus élevée du PIB de la Colombie-Britannique que le pétrole en Alberta

«Chaque fois qu’il y a autant de Canadiens dans une file d’attente essayant de mettre la main sur une banque alors que toutes les succursales sont fermées, ils migrent automatiquement vers le canal des courtiers. Je pense que plus de gens ont été exposés à nous en 2020 que jamais auparavant, et je pense que nous avons vraiment aidé à installer et à calmer les Canadiens. »

Mauris a également souligné que le passage au travail à domicile était un facteur qui avait aidé le secteur hypothécaire à prospérer contre vents et marées en 2020, notant qu’il avait contribué à stimuler un boom inattendu du marché du logement.

« Pour la toute première fois, les Canadiens qui [previously] devaient vivre le plus près possible de leur emploi, en particulier dans des régions comme Vancouver, Toronto, Montréal, Edmonton et Calgary, se rendirent compte qu’ils pouvaient désormais vendre leur maison ou inscrire leur condominium et déménager en banlieue. Ils ont pu se déplacer, car ils n’avaient plus à faire la navette.

« Cela a vraiment conduit le marché du logement, et il a conduit tous ces marchés secondaires dans les » banlieues « .

Il a déclaré qu’une combinaison d’autres facteurs, y compris 250 milliards de dollars supplémentaires dans les poches du public canadien en raison de l’incapacité de voyager et des messages du gouvernement selon lesquels les taux d’intérêt resteraient bas, avait contribué à une année 2020 « vive » pour l’industrie.

Regarder vers l’avant

Mauris a adopté un ton optimiste sur l’avenir du marché du logement, notant que même avec des augmentations à court terme du taux de prêt à cinq ans, ces taux resteraient probablement extrêmement bas dans un avenir prévisible – un fait qui pourrait encourager plus de gens à entrer sur le marché.

A lire  Le gestionnaire de fonds dénonce la `` honte '' du gouvernement dans ses données immobilières

« Cela nous donne un grand pouvoir d’emprunt », a-t-il déclaré. «Je soupçonne que nous allons voir une année 2021 incroyablement bonne – et je pense qu’il y a beaucoup de gens qui n’ont pas sauté sur le marché au cours des 12 derniers mois qui ne voulaient pas avec la pandémie et les restrictions, mais je m’attends de voir ces adoptants tardifs emménager ou vendre leur maison en 2022. »

Lire la suite: DLC annonce ses résultats annuels

Dernièrement, de nombreuses discussions ont également porté sur la question de savoir si le gouvernement fédéral devrait intervenir davantage pour remédier au manque actuel d’offre sur le marché du logement à travers le pays. Mauris a déclaré qu’il convenait que des mesures pourraient être prises – mais n’envisageait aucun mouvement sur ce front dans un avenir prévisible.

« Il y a toujours plus qui peut être fait sur l’inventaire, » at-il dit. « La chose la plus importante dont le Canada a besoin en ce moment – ​​et c’est autant au niveau provincial que pancanadien – est un processus plus rapide pour l’approvisionnement et pour que les nouveaux constructeurs commencent à construire afin que nous n’ayons pas ce problème persistant de faible inventaire.

« C’est un problème à long terme qui va impliquer de nombreuses parties prenantes – ce n’est pas un problème que nous allons résoudre de sitôt. »

Tags
Bouton retour en haut de la page
Fermer