Près de 500 appartements perdus dans l’engouement pour le réaménagement de Burnaby

Le déclin rapide du parc de logements locatifs dans tout le pays est particulièrement évident à Burnaby, point zéro d’un engouement pour le réaménagement qui a entraîné une perte massive de 478 appartements de 2010 à 2016.

La Société canadienne d’hypothèques et de logement a fait remarquer qu’il s’agit d’un écart important par rapport aux autres localités de la région du Grand Vancouver, qui ont, au mieux, enregistré des gains mineurs au cours de la même période.

«Lorsque vous le comparez aux autres municipalités, c’est quelque peu choquant», a déclaré Rick McGowan, fondateur de la Metrotown Residents ‘Association. Vancouver métropolitain. «Mais ce n’est pas surprenant quand vous regardez Metrotown, où la plupart de ces appartements ont été perdus. Cela se produit depuis environ 2013. »

La frénésie du développement a vu une course folle d’achats pour les structures plus anciennes de la région, qui seraient ensuite réaménagées en condominiums de grande hauteur. La plupart des anciens bâtiments sont des appartements de hauteur moyenne datant d’au moins trois décennies, McGowan notant qu’environ 600 appartements sont à risque.

Cependant, une vague de «démovictions» à la suite de cet engouement a conduit à une intensification des appels à l’arrêt des rezonings et à un examen approfondi des plans du gouvernement de la ville pour la zone.

Histoires connexes:

SCHL: augmentation de la disponibilité des locations à l’échelle nationale, mais les villes avant-gardistes restent serrées
Commentaire: les préjugés contre les locataires sont déplacés et autodestructeurs

A lire  Un nouveau rapport révèle les marchés les plus abordables du Canada

Tags
Bouton retour en haut de la page
Fermer