Rétrospective des performances du marché

Alors que les statistiques de performance immobilière de décembre commencent à apparaître, nous avons une idée de la performance de certains marchés majeurs en 2016.

Edmonton, Toronto et Vancouver ont chacun eu leurs propres histoires immobilières convaincantes en 2016. Mais comment ont-ils chacun performé l’an dernier?

Vancouver

Autrefois chouchou de l’immobilier au Canada, Vancouver a connu une année relativement difficile par rapport à sa performance impressionnante antérieure.

Les ventes totales ont atteint 39 943 l’an dernier, en baisse de 5,6% d’une année à l’autre.

Cette année, les courtiers continueront de surveiller de près les ventes et les prix en 2017, car l’impact de diverses politiques de logement continue de prendre effet.

«Ce fut une année mouvementée pour l’immobilier dans la région métropolitaine de Vancouver. L’escalade des prix causée par la faiblesse de l’offre et la forte demande des acheteurs de maisons a attiré plus d’attention que jamais sur le marché », a déclaré Dan Morrison, président de la chambre immobilière du Grand Vancouver. «Alors que les prix augmentaient au cours du premier semestre, un débat public s’est engagé sur ce qui alimentait la demande et sur ce qui devrait être fait pour y mettre un terme. Cela a conduit à de multiples interventions gouvernementales sur le marché. Les effets à long terme de ces actions ne seront pas pleinement compris avant un certain temps. »

A lire  Des histoires émergent des dernières statistiques de CREA

Edmonton

Les ventes sont passées de 17 325 en 2015 à 16 170 l’année dernière.

Malgré la volatilité économique, on attribue à Edmonton une année «stable» pour les ventes immobilières.

«2016 a été une année stable pour l’immobilier à Edmonton et dans de nombreuses communautés environnantes», a déclaré Jame Mabey, président de l’Association des agents immobiliers d’Edmonton. «L’instabilité économique actuelle a certainement affecté les ventes unitaires et les stocks, mais les prix de vente ont continué de se maintenir.»

Toronto

La plus grande ville du Canada a fermé ses portes en 2016 en tant que roi couronné de l’immobilier au pays.

Les ventes ont totalisé 113 133 en 2016, en hausse de 11,8% d’une année sur l’autre. Le prix moyen, quant à lui, a bondi de 17,3% d’une année à l’autre pour s’établir à 729 922 $.

«Une économie régionale relativement forte, un faible taux de chômage et des coûts d’emprunt très bas ont maintenu la demande de logements en propriété dans la région du Grand Toronto, alors que la population de la région a continué de croître en 2016», a déclaré le président du TREB, Larry Cerqua.

Tags
Bouton retour en haut de la page
Fermer